Conseils running : La coupure hivernale

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 5.0/5 (3 votes)

coupure hivernale running

Après une année de dur labeur, d’entrainements acharnés et de compétitions, vous l’avez bien mérité cette coupure hivernale. Offrez-vous donc quelques jours de repos, profitez des fêtes de fin d’année en famille, lâchez-vous mais toujours avec modération.

Combien de temps dois-je couper ?

Une question qui revient souvent … Une quinzaine de jours semble une durée assez idéale en ce qui concerne le repos total. Elle est suffisante pour que votre corps se régénère et récupère des efforts fournis tout au long de l’année et assez courte pour que vous ne perdiez pas tout le bénéfice de vos acquis antérieurs.

Si dans les dernières semaines vous avez subi une sérieuse baisse de motivation, cette pause salutaire ne vous sera que plus bénéfique sur le plan mental. Elle va vous aider à retrouver l’envie d’avoir envie !

Profitez de votre temps libre, achetez-vous un bouquin, sortez au cinéma, passez dernière les fourneaux, oubliez la course à pied ! Si l’idée de stopper toute activité sportive vous fait peur, vous pouvez toujours effectuer quelques séances d’étirements et d’assouplissements … Elles vous permettront de garder une certaine souplesse musculaire.

Pour les sportifs acharnés qui ne tiennent pas en place, il est toujours possible de sortir le vélo ou d’aller faire quelques longueurs à la piscine la deuxième semaine … Mais ne forcez pas, n’oubliez pas que vous êtes censés vous reposer !

A l’heure de la reprise

Pas question de repartir sur les chapeaux de roues. La reprise doit s’effectuer en douceur et avec progressivité.

Après 2 semaines d’arrêt total, cette première semaine de reprise ne devra pas comporter plus d’un ou deux footing légers courus en endurance. Vous pouvez y ajouter une séance de piscine et une sortie à vélo si vous le souhaitez mais restez prudents.

En deuxième semaine, vous pouvez augmenter légèrement la durée de vos séances mais sans pour autant en modifier l’intensité.

Après 4 semaines de repos total puis relatif, vous pourrez remettre du rythme dans vos entrainements en entamant par exemple un cycle de développement de votre VMA qui vous permettra de construire des bases solides pour vos futurs objectifs.

N’oubliez jamais que le repos fait partie intégrante de l’entrainement. Pour certain, cela peut apparaître comme du temps de perdu, mais il n’en est rien ! Vous en sortirez frais et ressourcé, ce qui vous évitera très certainement bien des désagréments dans les mois qui suivront.

Article posté le 11 décembre 2014 à 7 h 42 min.

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.