En bref
Accueil » Actualités » Quand les médias caricaturent le monde du running

Quand les médias caricaturent le monde du running

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 4.8/5 (5 votes)

la-folie-du-running - 1

La course à pied est une pratique sportive clairement tendance. Il suffit de voir le nombre d’articles et de reportages traitant de « la folie du running » qui inondent les médias généralistes. Un monde dont ils sont bien souvent étrangers et qu’ils dépeignent parfois très grossièrement quitte à travestir la réalité d’un phénomène dont ils ignorent tout.

L’angle d’attaque est systématiquement le même, un coureur compulsif qui avale les kilomètres avec suffisamment de détermination pour atteindre un hypothétique objectif.

Cadre supérieur et fashion victime, notre runner ne mange rien qui ne soit passé sur la balance au préalable. Il rentre tout transpirant à des heures indues et avale seul un repas hypocalorique préparé par sa femme qui n’en peut plus de l’attendre.

Vous l’aurez compris, le type est accro à la course à pied, il a besoin de sa dose quotidienne et ne semble jamais rassasié.

Comme dans toute addiction, les répercutions négatives sont nombreuses et la vie de famille en prend un coup au passage. Notre coureur est un égoïste qui délaisse ses enfants pour assouvir sa soif de running comme d’autres iraient au bistrot.

C’est donc ça la folie du running ?

Effectivement vu sous cet angle, cela peut faire peur. Je comprends mieux maintenant pourquoi mon grand-père s’inquiète de me savoir passionné de course à pied. Mais qu’il se rassure, la vie ne ressemble pas toujours à un reportage télévisé ou à un article de presse.

En effet, plusieurs millions de coureurs s’adonnent encore à la course à pied sans tomber dans tous ces vilains travers. Le running n’entraine pas nécessairement ce genre de comportements excessifs. L’addiction au sport est une maladie qui doit être soignée comme telle sans être prise comme exemple aux yeux de tous. Il est temps de dénoncer ce type de pratique.

Non, un coureur ordinaire n’a pas à s’infliger un régime strict et 10 heures d’entrainement par semaine. Et que dire des infiltrations répétées pour lui permettre de continuer à courir malgré une blessure … Rien ne justifie une telle pratique.

Il est regrettable de stigmatiser de la sorte toute une communauté auprès d’un public non initié en véhiculant une image biaisée du runner d’aujourd’hui. Arrêtons 5 minutes le sensationnel et concentrons nous sur l’essentiel, le plaisir de courir !

Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis

Article posté le 6 juillet 2015 à 16 h 59 min.

A propos de Sébastien Réby

Rédacteur en chef de Globe Runners - Sébastien se présente avant tout comme un passionné de course à pied. Du 10 km au marathon en passant par l'Ultra-Trail, ce coureur touche à tout aime varier les plaisirs. Pour lui, courir reste surtout un formidable moyen de découvrir le monde.
 

4 commentaires

  1. totalement ok. Les réflexions fusent chaque fois qu'on rencontre quelqu'un sui découvre notre pratique. Il y a eu un reportage qui nuançait tout de même les choses en montrant que d'autres secrétaient aussi les endorphines mais étaient peu sensibles a leur effet bien être en raison des contraintes, du stress du jeu collectif et ses règles. La société a besoin d'un nouveau bouc émissaire?

  2. Heureusement que ma femme n'a pas vu le reportage. Déjà elle ne comprends pas pourquoi je cours. Là elle m'aurait envoyé en cure de désintoxication …

    Je ne comprends pas ces reportages, qui ne sont là que pour faire de l'audience et n'apportent aucune information…

    A quand un reportage sur l'addiction à la TV ? 3 heures de TV par jour en moyenne, c'est une addiction non ???

  3. Tu dis un truc qui me semble important et qui peut dépasser le sujet : en effet, les centaines de pratiquants ne sont pas des caricatures et en plus, ils s’en foutent de la tendance, des réseaux, etc. La course à pied, c’est eux avant tout. Je m’en rends compte à chaque fois que je fais une course. Même s’il y a de plus en plus de gens avec leur nom de blog dans le dos ou une GoPro pour mettre en ligne leurs exploits, ça reste une minorité.
    Ah oui et pour la « Folie du Running », c’est drôle, j’ai refusé une participation à une émission télé sur ce sujet. Il fallait que j’incarne la « Folie du Running ». C’est dur de se comprendre.

    • @Daddy oui mais ça c’est parce que tu es un peu fou aussi 😉

      Je suis d’accord avec ça, moi aussi le reportage m’a fait sourire. Des dossards j’en ai raté, pour des blessures, pour des repas avec la famille alors que j’avais payé mon inscription. C’est pas grave. Je n’ai pas pris le départ d’une course depuis octobre, pour pleins de raisons, c’est parfois frustrant, parfois franchement pas.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Revenir en haut de la page