L’addiction au sport ou bigorexie

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 4.2/5 (9 votes)

addiction au sportLe concept d’addiction au sport ou addiction à la pratique sportive appartient aujourd’hui au langage courant. Il s’agit dans ce cas d’un abus de langage évoquant simplement une pratique sportive intense, donnant à la personne concernée une valorisation à la fois sociale, et de l’apparence, entrant dans le cadre du culte de la performance[1].

Il en est pourtant tout autre dans le monde médical en particulier dans le domaine de l’addictologie.

L’addiction au sport[2] ou bigorexie se définit par une pratique nocive de l’exercice physique, décrite comme un besoin compulsif [3] de faire du sport, où les dommages corporels, familiaux, professionnels prennent le pas sur les bienfaits de cette pratique, avec une poursuite de ce comportement malgré les dommages.

Cette pratique pathologique amène à une véritable souffrance physique et psychique, et appartient à cette grande famille des addictions comportementales.

Les critères de dépendance

Toute addiction comportementale est définie comme suit avec les critères de Goodman :

CRITERES DE GOODMAN (1990)

A. Impossibilité de résister aux impulsions à réaliser ce type de comportement

B. Sensation croissante de tension précédant immédiatement le début du comportement

C. Plaisir ou soulagement pendant sa durée. Classiquement, le temps passé et l’intensité de la pratique ne rentrent pas à eux seuls dans les critères de dépendance.

D. Sensation de perte de contrôle pendant le comportement

E. Présence d’au moins cinq des neuf critères suivants :

1. Préoccupation fréquente au sujet du comportement ou de sa préparation

2. Intensité et durée des épisodes plus importantes que souhaitées à l’origine

3. Tentatives répétées pour réduire, contrôler ou abandonner le comportement

4. Temps important consacré à préparer les épisodes, à les entreprendre ou à s’en remettre

5. Survenue fréquente des épisodes lorsque le sujet doit accomplir des obligations professionnelles, scolaires ou universitaires, familiale ou sociales

6. Activités sociales, professionnelles ou récréatives majeures sacrifiées du fait du comportement

7. Perpétuation du comportement, bien que le sujet sache qu’il cause ou aggrave un problème persistant ou récurrent d’ordre social, financier, psychologique ou psychique

8. Tolérance marquée: besoin d’augmenter l’intensité ou la fréquence pour obtenir l’effet désiré, ou diminution de l’effet procuré par un comportement de même intensité

F. Agitation ou irritabilité en cas d’impossibilité de s’adonner au comportement.

On y retrouve les notions de craving (envie irrépressible de « pratiquer »), de perte de contrôle, les tentatives infructueuses d’arrêt ou de contrôle de l’activité malgré la volonté du sujet : il s’agit des « rechutes ».

Les dommages individuels seront principalement des blessures, de type fractures de fatigue, et les dommages parallèles seront professionnels (absentéisme, retard), sociaux (isolement majeur), familiaux et parfois financiers (budget dédié à l’activité sportive, sorties sportives en y amenant la famille, matériel de sport).

 L’entrée dans la dépendance

Tout sportif ou sujet pratiquant régulièrement une activité physique n’ « entrera » pas forcément dans une dépendance.

On a pu identifier des facteurs de risques non spécifiques favorisant ce comportement pathologique :

  • Des facteurs de vulnérabilité individuelle (certains traits de la personnalité comme le perfectionnisme, la précocité de l’initiation au sport, l’intensité de la pratique dans le cadre du sport de haut niveau, des moments de fragilité psychique)
  • Des facteurs environnementaux : environnement parental, entraineurs et « pression » à l’entrainement, pression sociétale avec le culte de la performance, l’origine ethnique…

L’addiction au sport est une addiction dite « positive »[4], en comparaison avec les addictions aux produits (licites ou illicites).

Tout exercice physique, est pratiqué afin d’améliorer la qualité de vie et le bien être psychologique. Il favorise l’estime de soi, les capacités intellectuelles, et contribue ainsi à l’amélioration de la gestion du stress. Il augmente le degré de résistance et de l’endurance, favorisant l’amélioration de l’image corporelle.

Il est une source de plaisir par la libération de neurotransmetteurs[5]: implication du système de récompense avec circuit dopaminergique (addictions avec produits).

Par ailleurs, la pratique d’un exercice physique améliore la sociabilité, le sport étant une activité socialement valorisée.

Tous ces bienfaits vont être de plus en plus recherchés, amenant progressivement au passage de la pratique physique simple, à la pratique excessive puis à l’addiction.

L’addiction sportive commence par des excès, des recherches de plaisirs en vue d’une désinhibition qui va finalement aboutir à un besoin irrépressible de pratiquer l’exercice.

Addiction

Les sports les plus concernés

Tous les sports d’endurance (trail, running, cyclisme…) ainsi que le culturisme sont les sports les plus concernés par cette addiction.

L’amélioration des performances sportives et physiques pourront être l’origine de conduites dopantes que nous n’étaierons pas ici.

Coaddictions

Les troubles du comportement alimentaires (de plusieurs types)[6] sont classiquement associés à la bigorexie ; favorisant une image corporelle parfaite et des performances optimales.

Deux catégories d’ « addictés » au sport ont été décrites[7] :

–        les sujets dont l’activité physique est une fin en soi

–        les sujets dont le contrôle du poids est une fin en soi, pour améliorer leur image.

Comme évoqué ci dessus, les conduites dopantes sont aussi parfois associées.

Ces comportements devront être considérés dans la prise en charge d’un sujet addicté à la pratique sportive.

Notons que les addictions aux produits (alcool, tabac, cocaïne) peuvent précèder ou faire suite à la bigorexie, mais n’y sont pas classiquement associées.

Evaluation et outils de mesure

Les professionnels pourront évaluer une addiction à la pratique sportive grâce à un outil validé : il s’agit de l’ Exercise Dependance Scale Revised (EDS-R), traduite en français.[8]

Il s’agit d’une échelle  multidimensionnelle, regroupant un ensemble de symptômes cognitifs, comportementaux et physiologiques.

Dans notre cas précis de pratique du running[9], l’auto questionnaire ci dessous, peut aider un sujet à identifier sa pratique.

RUNNING ADDICTION SCALE :

    1. Je cours très souvent et régulièrement (+ 1)
    2. Si le temps est froid, trop chaud, s’il y du vent, je ne cours pas (- 1)
    3. Je n’annule pas mes activités avec les amis pour courir (- 1)
    4. J’ai arrêté de courir pendant au moins une semaine pour des raisons autres que des blessures (- 1)
    5. Je cours même quand j’ai très mal (+ 1)
    6. Je n’ai jamais dépensé d’argent pour courir, pour acheter des livres sur la course, pour m’équiper (- 1)
    7. Si je trouvais une autre façon de rester en forme physique je ne courrais pas (- 1)
    8. Après une course je me sens mieux (+ 1)
    9. Je continuerais de courir même si j’étais blessé (-1 )
    10. Certains jours, même si je n’avais pas le temps, je vais courir (+ 1)
    11. J’ai besoin de courir au moins une fois par jour (+ 1)

Si le résultat est supérieur à zéro, il y a dépendance.

Prise en charge

Il n’existe à ce jour aucune prise en charge spécifique. Le constat actuel est que peu de sujets consultent. Le diagnostic se fait le plus souvent à postériori si le sujet a transféré sa dépendance vers un produit, qu’il soit licite ou illicite.

  • Les thérapies cognitives et comportementales peuvent être utiles dans le champs des addictions en général, notemment lorsqu’il s’agit d’addictions comportementales. Des équipes de professionnels sont formées dans certaines structures.
  • La prise en charge des addictions associées est indispensable.
  • La prise en charge nutritionnelle sera de pair en particulier dans le changement des habitudes, comme dans l’information diététique.

Si le repérage dans les milieux sportifs professionnels s’amorce progressivement, il en est tout autrement pour les milieux sportifs amateurs. Comme toutes les autres addictions, la bigorexie engendre des répercussions parfois dramatiques chez un sujet sportif. Une pratique excessive doit être repérée et non pas banalisée.

Vous l’aurez compris, plaisir et bien-être, quel qu’il soient, doivent rester les mots clés de votre pratique.

Docteur Anne BODEREAU
Addictologue 

Références bibliographiques :

[1] EHRENBERG A., Le culte de la performance, Calman-Levy, Paris, 1991.

[2] VÉLÉA D. L’addiction à l’exercice physique, Psychotropes ; Vol. 8 nos 3-4 ; 39-46

[3] HAUTEFEUILLE M. L’addiction au sport ou sportoolisme. In Addictologie clinique. PUF, 2011 (Quadrige)

[4] GLASSER W., Positive addiction, Harper Collins, 1985

[5] TASSIN J.P. Neurobiologie de l’addiction : proposition d’un nouveau concept ; L’information psychiatrique ; vol 83, n°2, février 2007

[6] AFFLELOU S. ; Place de l’anorexia athletica chez la sportive intensive; Archives de pédiatrie 16 (2009) 88–92

[7] HAUSENBLAS, H.A., DOWNS, D.,2002a. Exercice dependence : A systematic review. Psychology of sport and exercise 3, 89- 123.

[8] KERN L. Validation de l’adaptation française de l’échelle de dépendance à l’exercice physique : l’EDS-R. Pratiques psychologiques 2007 ; 13(4) : 425-41.

[9] JOHNSON R « Exercise dependence : when runners don’t know when to quit », Sports Medecine and Arthroscopic Review, 1995, 3(4), p. 267-273.

Article posté le 18 décembre 2013 à 11 h 29 min.

 

5 commentaires

  1. passionné mais je pense pas addict quand meme. ouffff !!!
    merci pour le récit

  2. Très intéressant et très bon complément à une émission plus généraliste de NipSports comme le soulignait @SelimAklil !

  3. je cours tout les jours par plaisir

  4. Par simple curiosité j’ai réalisé le petit test +1/-1 … et j »obtiens un résultat de +1, sans être pour autant addict, en validant les phrases 1, 2 et 8.
    D’ailleurs, la phrase 9 doit être notée « +1 » et non « -1 » à mon avis.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.