Mon trail hivernal du Sancy / Mont Dore

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 5.0/5 (5 votes)

Dossard trail sancy Le trail hivernal du Sancy, c’était un peu l’arlésienne pour moi jusqu’à cette année. J’en avais entendu parlé, j’avais voulu y participer, mais n’avais jamais vraiment pu. Malgré une coupure hivernale assez longue après les Templiers, 2014 sera l’année de mon premier trail blanc auvergnat. Au regard de ma condition physique actuelle, je ne me fixe comme seul objectif que de courir avec plaisir.


Pour la plus grande joie des 1300 concurrents engagés, la neige, invitée de dernière minute va recouvrir le parcours  dans la nuit précèdent le départ. Nous aurons donc le droit à un véritable trail blanc hivernal.

Dimanche matin, le temps est idéal, le vent s’est calmé, la visibilité est assez bonne et il ne neige pas. J’hésite un moment entre sac et porte bidon, et je décide finalement de partir léger. La course s’annonce assez rapide, et j’ai déjà assez de poids inutile à transporter sur moi (souvenirs des fêtes je suppose).

Après avoir récupéré mon dossard et fait contrôler mon matériel obligatoire, je pars m‘échauffer dans les rues du Mont-Dore.

Trail hivernal du Sancy / Mont-Dore : Le départ

La meute est lancée peu après 9 heures, les deux premiers kilomètres descendants sont avalés à vive allure. Je ne cherche pas à suivre car ça va beaucoup trop vite pour moi. Je me cale autour de 15 km/h en regardant s’éloigner les premiers concurrents.

On quitte enfin le bitume et les choses sérieuses démarrent. Nous entamons une première ascension d’environ 3 kilomètres. C’est assez roulant, ce qui permet de courir quasiment tout le temps. Le fait d’être parti dans le 1/3 de peloton m’évite quelques embouteillages. Je me fais doubler par la star locale du trail, Thomas Lorblanchet en personne. Nous échangeons quelques mots mais bientôt le souffle vient à me manquer et je dois me résigner à le laisser filer. Parti de l’arrière sur un mode entrainement, il finira tout de même en bonne position sur le 30 kilomètres.

Une fois en haut de la première bosse, je découvre ce pour quoi je suis venu. Le spectacle est magnifique, la vue sur le massif de Sancy me donnerait presque envie de faire une pause contemplative. Je ne regarde même plus où je pose les pieds tant mon regard est attiré par le paysage.

Nous arrivons très vite au lac de Guéry (km8), premier ravitaillement de la course et lieu stratégique ou les parcours du 20 et du 30 km se séparent. Ma décision est prise depuis le départ, je bifurque à gauche. Aujourd’hui, je n’ai clairement pas la condition nécessaire pour parcourir 30 kilomètres en compétition, je préfère donc rester raisonnable.

Ca grimpe encore un peu avant d’atteindre le point culminant de la course. Les champs sont recouverts de quelques centimètres de neige. On aperçoit au loin un troupeau de mouflons.

Le temps change, nous avons bientôt la tête dans les nuages, il est temps d’en finir.

J’attaque la descente et dégringole de plus de 400 mètres en moins de 3 km. La neige laisse vite place à la boue, c’est une décente d’équilibriste que je vais m’offrir.

J’aperçois l’entrée de la ville, sur une portion bitumée je jette un coup d’œil à ma montre, nous sommes à 18km/h, pas mal pour un mec hors de forme.

Après le passage au ravitaillement (km16), se dresse la dernière difficulté du parcours. Sur le profil, ça paraissait être une formalité, mais ça, c’était sur le profil justement.

Après 1h30 de course, on ne voit plus les choses de la même manière. J’ai les jambes un peu lourdes et c’est maintenant que je paie le manque d’entrainement de ces dernières semaines. Je suis quasiment à l’arrêt, je n’arrive plus à relancer. Je me hisse péniblement jusqu’au sommet (250D+) avant de plonger vers l’arrivée jugée à la patinoire du Mont-Dore.

Résultat, Je me suis régalé sur ce trail hivernal du Sancy, l’objectif plaisir est rempli. Je boucle les 20.5 km et 860 D+ en 2h16min. Je reste légèrement frustré tout de même par mon manque de condition physique du moment qui m’empêche de m’exprimer pleinement. Je pense déjà y revenir l’année prochaine pour faire mieux et surtout pouvoir à nouveau profiter de cette région magnifique que j’affectionne tant.

Sébastien 

Article posté le 28 janvier 2014 à 11 h 08 min.

 

Un commentaire

  1. Un bon trail de préparation pour les prochains, hein 😉

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.