Dans les poubelles de la Saintélyon

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 4.4/5 (12 votes)

Dans les poubelles de la Saintélyon

Il est temps d’arrêter de se cacher derrière son petit doigt … L’esprit trail et tout le bazar ça n‘existe plus, pour peu que cela ait existé un jour d’ailleurs !

A l’heure du tri sélectif et du compost bobo citadin il est tout bonnement inadmissible de voir dans quel état certains coureurs abandonnent les chemins qu’ils ont pourtant pris tant de plaisir à parcourir.

Lamentable ! Cette Saintélyon 2014 laisse derrière elle un véritable dépotoir à ordures ! Des gels, des bouteilles, des emballages … Rien ne sera épargné !

La nuit c’est bien connu, tous les chats sont gris et le pas vu pas pris permet à ces malotrus de rester bien planqués derrière leur bêtise.

La Saintélyon est une course nature qui attire de nombreux coureurs. Cela occasionne forcement quelques désagréments mais cela ne justifie en rien le comportement de quelques individus qui sous couvert d’anonymat se permettent quelques délestages sauvages.

Un gel qui tombe, un papier qui s’envole, ça peut arriver à tout le monde. Ici c’est le systématisme qui interpelle ! Curieusement, les emballages sont rarement remplis quand ils finissent au sol, comme quoi la maladresse a ses limites.

Et ce n’est pas parce que l’organisation met en place une petite équipe de ramasseurs dépollueurs après l’épreuve que cela doit encourager les incivilités, bien au contraire ! Il en est de la responsabilité de chacun de respecter l’environnement dans lequel il évolue et de le préserver.

Quand on voit l’état des rues de Paris après le passage de 40 000 marathoniens, on en vient à espérer que les amoureux du bitume restent bien au chaud chez eux le soir de la Saintélyon.

Cette dernière phrase délibérément provocatrice va faire grincer les dents de quelques-uns mais tant pis. L’idée n’est pas de stigmatiser toute une catégorie de coureurs, mais d’alerter sur des pratiques d’un autre temps qui ne devraient même plus avoir droit de cité aujourd’hui !

Car oui, même sur un marathon, il n’est pas acceptable que les coureurs se débarrassent de leurs déchets sur le macadam sous prétexte qu’un service de nettoyage s’acquittera du déblayage des rues après l’épreuve. Quelle image cela donne-t-il de la course à pied en général ?

Mais cessons d’opposer systématiquement les traileurs et les coureurs sur route. Le problème semble beaucoup plus général que ça et découle tout simplement d’un manque d’éducation. Au regard du nombre de participants, les sentiers montagnards ne sont parfois pas beaucoup plus propres que les rues de Paris et les traileurs n’ont pas plus de leçons à donner que les autres.

Par ces actes irréfléchis et stupides, c’est finalement l’image globale de notre sport qui est ternie aux yeux des riverains, des passants et des collectivités.

Que nous le voulions ou non, sur la route comme sur les chemins, nous courons tous de la même manière, par passion, en mettant un pied devant l’autre et le fait de s’acquitter d’un dossard n’exempte en rien de conserver un minimum de civisme.

Esprit trail, où es-tu ? Il s’en est allé, loin, très loin de cette Saintélyon 2014 …

Article posté le 12 décembre 2014 à 7 h 36 min.

 

22 commentaires

  1. Salut à tous amis traileurs,

    Je me suis mis au trail depuis 4-5 ans pour retrouver l’esprit nature.J ai remarqué en 3 ans qu’il y avait de plus en plus de monde dans les courses des sportifs ou non. malheureusement il y a des personnages qui respectes rien comme partout.Dans le 06 il y a des trail ou il faut venir avec son gobelet » ou vendu sur place 1€ » pour boire au ravitaillement ça limite les déchets sauvage et ça marche . En triathlon si on jette quelque chose aliment ou habit on a un avertissement ou une disqualification.
    Pour la prochaine St-El. il faudra durcir les règles ,malheureusement on sera obligé de passer par là.

    Bon weekend et bon trail

  2. malheureusement, triste réalité que l’on constate d’une manière générale à chaque randonnée en nature ( montagne ou pas) , en marchant, en courant, en skiant, en vttt…. Course ou pas course! Plus un sport ou une activité se généralise, plus il y a ce genre de comportement … Histoire de proportionnalité sans doute…. Que chacun se regarde dans une glace et adopte une attitude responsable et adulte! Un bon début mais en 2014 c’est toujours ahurissant de lire encore des articles sur ces abus….c’est désolant

  3. Inadmissible… C’est triste de lire ca… Je n’arrive même pas à comprendre en fait… Faire du trail c’est aimer la nature à la base non? Retrouver un parcours comme ca, c’est tout l’inverse…
    Que font ces personnes sur des trails??
    C’est désolant mais comme le dit Stef, il faut que les organisateurs de courses prennent ca en compte et mettent en place des choses pour que ca ne se produise plus…

    Un runner trailer désabusé

  4. Salut,

    Je suis ravi de lire ce coup de gueule, j’ai justement couru la STL samedi dernier en mode rando-course car pas entièrement remis des 100km de Millau, ce qui fait qu’en finissant dans le dernier quart, j’ai eu à loisir de constater ce désastre. A contrario, sur l’écotrail de Paris j’ai trouvé beaucoup de respect, et je court régulièrement dans ces mêmes forêts tout au long de l’année sans y trouver de reste de toutes les courses qui s’y déroulent. Alors pourquoi ? Peut être qu’à Paris il y a plus de runner-bobo-écolo ( que je ne supporte pas pour autant) plus impliqués. Autre piste sur l’écotrail un petit filet avec velcro est offert à tous les coureurs, se qui fait que chacun se ballade avec sa poubelle, personnellement elle ne quitte plus mon sac, même à la STL, ce n’ai pourtant pas compliquer de remettre les déchets dans ses poches. Sur Paris-Saint Germain pas de gobelet, pas de bouteille, rien que de l’eau du robinet, donc gourdes perso obligatoires. Enfin, j’ai aussi constaté qu’à la STL, parti rapidement pour éviter le rush sur le premier ravito, j’ai vu que les coureurs « rapides » étaient les plus crados, alors qu’en glissant vers la fin du classement je n’ai plus constaté cet incivisme. De même, il faudrait aussi que les champions donnent l’exemple, regardez les vidéos sur Youtube quand ils arrivent aux ravitos, leurs assistances perso remplissent leurs sacs de gels en tous genres, mais où sont passés les tubes vides ??? …. Bref, moi aussi ça m’exaspère, mais il ne faut pas condamner tous les traileurs parce que des crados gâchent ce bel esprit de respect et de solidarité qui règne encore dans le peloton.

  5. Pour essayer d’aboutir a une solution, pour avoir vu des choses similaires dans tout regroupement de foules, il faut voir le pb de comportement dans toute sa complexité et ne pas simplifier et stigmatiser. Il n’y a pas les cochons d’un cote et les anges de l’autre. La plus part des gens tombent entre les deux: peu de personnes jettent deliberement tous leurs dechets (cochons) et peu ramessant tous les dechets vus par terre (anges). La plus part des gens vont eviter d’en jeter pour se donner bonne conscience tout en poussant des coups de gueule contre les dechets, mais surtout pas les ramasser quand ils en voient car c’est pas leur faute. Certains n’en jetteront pas si le chemin est propre, mais ne vont pas hesiter a jeter sur des dechets existants (un de plus ou de moins). J’ai vu des gels tomber par accident et personne derriere les ramasser ou le signaler. Les situations sont tres multiples et il suffirait deja que les reglements aillent un peu plus loin que rappeler vaguement le respect de la nature: interdiction de jeter, obligation de ramasser des dechets meme si c’est pas les siens, obligation de faire demi tour et ramasser ses dechets perdus par accident, distribution de mini poubelles, obligation de signaler un dechet perdu par inadvertance au proprietaire (si on le voit), poubelles correctes aux ravitos (souvent ça deborde par terre, voir y en a pas)… Et les prefectures devraient imposer ces points pour donner autorisation et ne plus renouveler des courses « polluantes »…

  6. Sauf que la Saintélyon n’est pas un trail. Beaucoup de coureurs de goudron…

  7. la saintelyon n’est pour moi pas un trail à part entière, nous ne retrouvons pas les mêmes coureurs sur les trails montagne.
    Et franchement, il y a moins de déchets sur un UTMB, un ITT ou un UT4M
    Tous les coureurs de la sainté n’ont pas l’esprit trail…

  8. En même temps, y avait pas de poubelles sur le parcours sauf aux ravitaillements. Personnellement, ça m’a surpris, et on ne peut pas faire confiance a 14 000 coureurs, alors a chaque entrée de village et a chaque début de route goudronnée donc accessibles, on met des poubelles ou des zones de déchets. Ca n’excuse pas les coureurs, mais l’organisation a été très légère sur le sujet..Peut être est il plus facile de se plaindre que de prévoir.

  9. Faire du trail, oui, c’est avant tout aimer la nature.
    Mais faire UN trail, c’est avant tout être compétiteur.

  10. Dimanche dernier, à mon retour de la STL, j’ai contacté l’organisation pour dénoncer ce massacre inadmissible. Aucune réponse… A croire que le sujet ne les interpelle pas…Pour avoir participé à d’autres trails j’ai été choquer par l »irrespect des gens sur la STL! C’est pourtant si simple de mettre ses déchets dans une poche à déchets! Sur ce genre de course, une « brigade » verte devrait être obligatoire ! Et toute personne prise à saloper la nature, mise hors course sur le champs. J’ai vu cette règle en application au marathon du Mont Blanc. Et en prime une interdiction de se représenter sur la course pour une durée de 5 ans… Ça dissuade les crados… De toute façon, en ce qui concerne la STL, ce qui leur pend au nez, c’est de ne plus avoir les autorisations des communes traversées. Le maire de Sainte Catherine est furaxe. Ils seront obliger d’agir s’ils veulent continuer leur business…

  11. En plus en trail on a souvent un camelback qui permet de stocker les papiers gras…

    Je note aussi un certain dédain pour les bobos citadins qui font leur compost… J’en suis certainement un… et en plus je fais aussi de la course sur route. Et comme je suis un vrai bobo citadin (même si je ne sais pas ce qu’est vraiment un bobo, on est peut être tous le bobo de quelqu’un d’autre), j’habite en appartement je n’ai pas de voiture (et je galère pour aller sur les courses où le transport alternatif à la voiture individuelle est peu considéré).
    Mais je ne suis pas sur que la majorité des traillistes soient de vrais amoureux de la nature.

  12. Hé oui il y a des traileur (euses) pollueurs pollueuses. J’ai pu le constater ici et là.
    C’est à gerber.

  13. Je crois que trail draine de plus en plus de monde tout simplement, effet de mode ? Et c’est logique qu’avec les vrais amoureux de la nature il y ai aussi les profiteurs de la nature qui se servent et basta…. Autre exemple de l’évolution des mentalité, il y a 15 jours lors de la chouette et le hibou, des petits malins ont débalisé ce trail de nuit, déjà ce n’est pas très malin mais en plus ils ont rebalisé de sorte que les concourants tournent en rond !!! J’ai compris qu’il y a avait un problème lorsque je me suis retrouvé à côté de Laurence Klein…très sympa au demeurant :-)) presque rigolo, presque…sauf la course à été neutralisée et que les organisateurs pleuraient au micro, ils se battent pour des causes caritatives et bien ont peur que ça leur porte préjudice pour l’année prochaine…

  14. Bonjour à tous, je découvre ce soir votre site dont un ami m’a communiqué le lien.

    Lors d’une sortie VTT de la journée au départ de chez moi (Craponne), j’ai fait cet après-midi une partie du parcours de la SaintéLyon à VTT, ça abime beaucoup moins les articulations que la course à pied. Sur la partie trail entre Sainte-Catherine et Chaponost,hormis la descente de Saint-André sur Saint-Genoux que j’ai faite par la route, j’ai trouvé trois gels (vides), une merde d’humain (avec papier cul) dans la clairière du bois du Pindoley, et vu l’état du papier elle ne devait pas remonter à la SaintéLyon et un badge timing chip perdu par le numéro 122.. dans le faux-plat descendant entre Le Gorguet et Prasseytout. Bref pas de quoi fouetter un chat.

    Un chat j’en ai vu un malheureusement, écrasé sur le bord de la route vers Soucieu, et j’ai entendu quelques coups de fusils de chasseurs à l’aller, dans le Bois de la Dame (où passait la SaintéLyon 2013 mais pas la SaintéLyon 2014).
    Franchement sur ces parcours que je connais bien, j’aurais aimé voir des photos des immondices tant décriés par l’article non signé.

    Et quant à Paris, à l’époque où je pouvais encore courir, c’est à dire avant que la course à pied ne me démolisse les genoux, je me souviens que les parcours sur les trottoirs étaient souvent jonchés de merdes de chiens.
    A noter, puisque je fais partie des bénévoles qui tous les ans donnent la main à Soucieu pour que des coureurs et des marcheurs puissent participer à l’épreuve, j’ai remarqué que quelques coureurs avaient en effet le gobelet attaché au camel back où à un mousqueton sur la tenue.

    Bien sportivement,
    Marc Liaudon,
    Craponne

  15. Cool c’est une bonne nouvelle, ça prouve juste que les brigades de nettoyage sont bien passées et que Delanohé à bien fait de faire verbaliser les proprios de chiens …

  16. L’idée de cet article n’est pas de stigmatiser les coureurs à pieds sur route, mais en passant ils en prennent une couche… J’en fais parti, lors de mes entraînements je ne jette pas au sol les rares déchets que je peux avoir. Sur marathon je ne prends quasiment plus de gels qui ne servent à rien. Maintenant sur ce type d’épreuve, il faudrait peut être éviter de donner à volonté des bouteilles entières de boissons énergisantes, var perso je me vois mal quand même les garder et finir avec 3 ou 4 bouteilles ! Cette année, j’ai fais la Saintélyon et au risque de vexer l’auteur de cet article, 0 déchet au sol ! Trailers = amoureux de la nature ? je n’en suis pas ou plus franchement persuadé au vue de ce que j’ai put constaté le week end dernier. Mais il est vrai qu’il y avait sur cette course ces sacrés coureurs sur route qui ne respectent rien, n’est ce pas ???

  17. bonjour a tous,

    Il aurait il pas la possibilité d’offrir des secondes sur le chrono ou de l’argent pour une autre inscription a tous ceux qui passerait la ligne les poches pleines!!
    Trois déchets de gel= 30secondes de moins sur le chrono finale
    3 sachets de barre energetique= 3€ de moins pour l’inscription d’une futut epreuve!
    A quand un coureur qui gagne 3 min en arrivant avec un sac poubelle remplit!!

  18. L’argument coureur sur route = gros dégueu est un peu court. On sent que c’est un article qui a été écrit sous le coup de la colère, mais c’est un peu dommage parce que ça dessert le propos, je trouve.

  19. Peut importe comment l’article a été écrit, je t’assure que sur le trajet (j’étais dans le dernier quart) c’était une honte, des centaines de gels et de bouteilles de boissons énergisantes du sponsor. C’était ma première Saintélyon et je n’avais jamais vu ça avant que ce soit sur trail ou sur route. Donc rien à voir avec l’origine des coureurs, je pense qu’avec la nuit les porcs se lâchent tout simplement…malheureusement pas vu pas pris.

  20. Trail Runner Foundation a été créé par 2 trailers amateurs passionnés habitant dans les Pyrénées Atlantiques. Nous avons fait ce constat depuis bien longtemps et nous avons voulu agir.
    Nous pensons qu’il y a un GROS travail de sensibilisation à faire auprès des coureurs, organisateurs et élus de façon à réduire considérablement le nombre de déchets rencontrés sur les trails, raid et courses nature.
    Ce genre d’article a le mérite d’ouvrir le débat et de proposer des solutions.
    Plus nous serons à montrer l’exemple, plus nos terrains de jeux seront propres !
    Rejoignez nous !
    #courirutile

  21. Bonjour,

    Hélas, il n’y a pas que la STL de touchée, sur le Grand Trail des Templiers, n’étant pas le premier j’ai eu droit à gels, gobelets, piles, emballage divers et variés, vêtements déchirés…

    Je ne sais pas si les organisateurs passent après, merci si c’est le cas pour le travail de nettoyage et honte à ces trailleurs pardon salopeurs.

    dp

  22. Pour conclue s’il fallait, voici un article trouvé sur le site de la région Rhône Alpes :

    RAMASSAGE DES DÉCHETS
    Une balade verte est organisée le mardi 9 décembre par Aremacs pour ramasser les déchets pouvant rester sur le parcours. Chaque équipe sera dotée d’un pique-nique, de sacs plastiques, gants, pinces et frontales pour effectuer ce nettoyage. Rendez-vous à 9 H 30 au local d’Aremacs au 71, rue Bellecombe dans le 6ème, départ de Lyon à 11 h. Inscriptions sur lyon@aremacs.com

    Et tout semble normale …

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.