Trail : Le débalisage sauvage, un phénomène inquiétant

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 4.6/5 (5 votes)

débalisage sauvage trail

Le développement exponentiel de la pratique du trail running ne semble pas plaire à tout le monde. Le débalisage sauvage pose de sérieux problèmes de sécurité, un véritable casse-tête pour les organisateurs qui doivent redoubler de vigilance.

Pas un weekend sans qu’une course ne soit victime de ce phénomène. Les organisateurs doivent s’adapter, travailler dans l’urgence, pour limiter les dégâts. Le débalisage sauvage est une réalité, qui même si elle n’est pas nouvelle, semble prendre de l’ampleur ces dernières années.

Les premiers touchés par cette pratique inqualifiable sont évidemment les coureurs. Difficile d’établir un classement cohérant quand les règles de l’équité ne sont pas respectées. Mais au-delà  du fait que cela puisse fausser la course, cela soulève surtout des problèmes de sécurité.

Le trail se pratique le plus souvent sur des territoires sauvages et isolés où la moindre erreur peut avoir des conséquences désastreuses. Il en va de l’intégrité physique des coureurs qui par de tels agissements se retrouvent à la merci de graves déconvenues.

Une variante redoutable

Comme si supprimer le balisage n’était pas suffisant, certains malotrus vont même jusqu’à aiguiller volontairement les coureurs dans une mauvaise direction en déplaçant les marquages posés par les bénévoles de l’organisation.

La mise en danger d’autrui est ici volontaire et mérite également d’être sanctionnée. Une crête, un ravin, une falaise, la nature peut se révéler dangereuse, surtout pour un coureur pensant être sur le bon chemin.

Qui sont ces personnes qui agissent de la sorte ? Des agriculteurs, des chasseurs, des bergers, des amoureux de la nature ? Non, juste des imbéciles aux motivations bien obscures.

Il est tout à fait respectable de ne pas cautionner le fait que plusieurs centaines de coureurs viennent piétiner les sentiers, mais cela ne justifiera jamais de tels agissements. Il y a certainement d’autres manières de se faire entendre. Le dialogue est certainement une voie bien plus sage et productive.

Les organisateurs cultivent le plus souvent une grande sensibilité à l’environnement et au respect des territoires qu’ils traversent. Ils contribuent également à l’entretien des sentiers et véhiculent de plus en plus des messages de prévention auprès des concurrents.

La vigilance est donc de mise face à une nature humaine parfois capricieuse et surprenante. Soyez prudents, et regardez bien où vous mettez les pieds.

Article posté le 26 mai 2015 à 13 h 25 min.

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.