Conseils running : Renoncer pour avancer

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 4.8/5 (6 votes)

Conseils running rennoncer pour avancer

Foudroyé par la douleur en pleine préparation de votre gros objectif de l’année, vous devez stopper votre entrainement pendant plusieurs semaines. La pilule est difficile à avaler et l’idée de renoncer à votre course vous apparaît inenvisageable, au mieux vous acceptez de revoir votre objectif chronométrique.

Si vous prépariez un 10 km, cela ne devrait pas poser de problème, mais la distance augmentant, cela peut vite s’avérer plus compliqué.

La course est dans 10 jours et vous reprenez tranquillement le chemin de l’entrainement après plusieurs semaines d’arrêt. N’y pensez même pas … C’est très certainement l’idée la plus stupide qui puisse vous passer par la tête.

La fausse bonne idée

Petit tour d’horizon des fausses bonnes excuses que vous pourriez vous répéter inlassablement et qui pourtant n’achèveraient jamais de vous convaincre que vous faites le bon choix.

  • « Je peux le faire, j’ai le foncier »
  • « je vais la faire sans forcer »
  • « si j’ai mal, j’arrête »
  • « celle-là, je la cours en endurance »
  • « Au pire, je finirai en marchant »
  • « Sans entrainement, c’est encore plus fort »
  • « Je mise tout sur la fraicheur »
  • « Sur un malentendu, ça peut marcher »
  • « Vogue la galère » …

Parlons-en de la galère … Vous avez de grandes chances de finir les deux pieds dedans en décidant coûte que coûte de prendre le départ de cette course.

Après plusieurs semaines de coupure, vous n’avez pas les jambes et vous le savez. Votre corps à peine remis d’une blessure n’est pas prêt à affronter une telle épreuve. La reprise de l’entrainement nécessite de respecter une certaine progressivité totalement incompatible avec la participation à une compétition.

Vous décidez d’y aller quand même et à force de détermination vous franchissez même la ligne d’arrivée, loin, très loin de votre objectif … Et dans quel état ?! Votre corps est meurtri, les tendons sont douloureux et les muscles tétanisés. Vous avez puisé au plus profond de vous même et vous sentez une extrême fatigue vous envahir.

Vous n’avez pas respecté votre corps et vous le savez. En pareille situation, vous n’auriez jamais conseillé à qui que ce soit de prendre le départ de cette course et pourtant vous l’avez fait au mépris de toutes les règles élémentaires que vous connaissez.

Devenir raisonnable

La mémoire du corps est terrible et implacable, tous les coureurs finissent un jour ou l’autre par l’apprendre à leurs dépens.

Pour durer, il est temps de devenir raisonnable, de se fixer des limites et de les respecter même si cela peut sembler difficile par moments. Mieux vaut faire l’impasse sur une course que de s’y présenter à court de forme.

Reprenez l’entrainement tranquillement et fixez-vous un nouvel objectif que vous pourrez alors préparer sereinement.

Savoir renoncer n’est en rien une marque de faiblesse dont vous devriez rougir ! Faire preuve de maturité dans sa pratique sportive est une qualité qui s’apprend avec le temps et qui permet de durer sans s’abimer …

Article posté le 30 décembre 2014 à 7 h 39 min.

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.