adidas Ultra Boost : Le test

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 3.5/5 (74 votes)

test adidas ultra boost

Depuis deux semaines, j’ai l’immense privilège de tester “la meilleure chaussure de running jamais conçue”, comme le proclame le slogan utilisé par adidas pour le lancement de ce nouveau modèle.

A moins que vous ayez été réquisitionné par belle-maman pendant un mois pour une expédition en montagne quelque part en Slovénie, coupé d’Internet et des réseaux sociaux, vous avez forcément entendu parler de l’adidas Ultra Boost. Il faut dire qu’adidas a mis le paquet en terme de communication, provoquant parfois même un léger agacement au sein de la communauté des runners connectés.

 Dès les premières images dévoilées et avant même sa sortie, l’Ultra Boost a suscité un clivage immédiat entre, d’un côté les fashion-runners à l’enthousiasme grotesque, et de l’autre, les puristes au snobisme insupportable.

La vérité sur l’Ultra Boost d’adidas

Il faut bien l’avouer, avec cette nouvelle chaussure de running, la firme aux trois bandes marche sur les plates-bandes de son concurrent Nike, leader incontesté de la basket flashy qu’on porte aussi bien à l’entraînement, en compétition qu’à la ville avec un jeans.

Pour autant, évitons l’écueil du bashing systématique et du mépris borné qui naît sans doute du fait que pour certains la mode a un prix qu’ils n’estiment pas toujours justifié d’un point de vue technique. Je préviens toute de suite : elle vous en coûtera pas moins de 180 euros.

Faut-il en déduire que l’adidas Ultra Boost n’est qu’une imposture marketing pour les gogos et qu’elle n’a en réalité aucune qualité pour la pratique de la course à pied ? Je vous propose de vous en dire plus et d’en faire le test complet.

test adidas ultra boost

Les caractéristiques de l’adidas Ultra Boost

Au niveau esthétique, adidas a visé juste. Vous avez demandé du fashion, vous avez du fashion. On a même aperçu le rappeur Kanye West au bras de Kim Kardashian avec une paire d’Ultra Boost aux pieds, et il ne semblait pas faire son jogging. La chaussure est classe, les couleurs sont sobres mais elle reste assez agressive notamment grâce à un mesh tricoté vraiment soigné.

Mieux vaut recourir à la languette située au dessus du talon pour l’enfiler sinon c’est compliqué. Mais une fois le pied inséré, la sensation de confort est instantanée. La tige Primeknit extensible sans couture vient épouser la forme du pied comme je l’ai rarement vu, à part avec mes charentaises chéries. La semelle intercalaire est entièrement composée de la technologie Boost, ce qui garantit un amorti remarquable.

Les trois bandes forment une pièce qui sert de maintien et qui s’ajuste en serrant plus ou moins les lacets. Autres éléments de maintien : une coque colorée au talon et bien-sûr le très célèbre système Torsion qui permet de dissocier le mouvement entre le talon et l’avant pied.

La curiosité se situe sur la semelle extérieure (Stretch Web) avec la présence de petites gouttes en caoutchouc sensées apporter une meilleure adhérence.

Mon test de l’adidas Ultra Boost

L’élasticité de l’Ultra Boost me permet de la porter à ma pointure habituelle (42 ?). Contrairement aux apparences, elle n’est pas très légère (300gr vérifiés). J’ai parcouru 160km. Des sorties footing de 10km sur route, quelques sorties longues (30km maximum) principalement sur des chemins de halage avec des portions accidentées, du fractionné sur piste et sur tapis.

test adidas ultra boost

Le premier footing a révélé une vraie souplesse dans les mouvements du pied, détail que j’affectionne. Nul besoin de la “casser”. Côté drop, on doit être aux alentours de 10 à vue de nez. L’accroche se sent effectivement tout comme le retour d’énergie. Un premier contact idéal. Le plaisir est resté intact durant toutes les sorties effectuées autour de 11-12km/h.

Lors des sorties longues, l’adidas Ultra Boost s’est très bien comportée surtout jusqu’à 20km. Son amorti permet de conserver de l’énergie plus longtemps. C’est au-delà de cette distance que j’ai pu juger son efficacité plus relative.

Sur piste, les sensations sont toujours restées agréables. En revanche, dès que j’ai essayé d’accélérer, j’ai observé un manque de dynamisme qui m’a poussé à écourter une séance de fractionné. Un deuxième test s’est soldé par un deuxième échec.

Pour autant, j’ai vraiment apprécié la liberté de mouvements et l’amorti offerts par l’Ultra Boost. Il est probable qu’adidas ait sur-vendu son produit mais il est loin d’être inintéressant.

A la question : l’Ultra Boost est-elle “la meilleure chaussure de running jamais conçue » ? J’ai envie de répondre que tout dépend de l’usage que vous souhaitez en faire.

Inutile de les envisager pour battre votre record personnel sur 10km. Pas évident non plus de les pousser jusqu’au marathon sauf peut-être si vous êtes un coureur de poids moyen qui n’ambitionne pas mieux que 3h30.

Néanmoins, vous frôlerez sans doute la chaussure parfaite pour un semi-marathon ou, comme moi, pour des sorties à allure moyenne et constante. J’en fais ma chaussure de référence pour les séances non-spécifiques.

test adidas ultra boost4

Le bilan

Les points positifs :

  • l’amorti total Boost : il n’est pas question de marketing, on parle bien d’innovation. L’efficacité est réelle.
  • le look : le portier du Macumba m’a laissé entrer dès le premier coup d’oeil. Il a dû me prendre pour Kanye West.
  • l’élasticité, la souplesse, le maintien.
  • l’opportunité de faire de l’Ultra Boost une chaussure pour des sorties standard, les plus fréquentes finalement.

 Les points négatifs :

  • le manque de dynamisme pour les gros ambitieux.
  • la semelle extérieure : les petites gouttes commencent déjà à s’user au bout de 160km. Leur efficacité reste intacte mais je demande à voir dans 400km.
  • le prix : d’accord, la technologie est là mais il faudra malgré tout espérer un petit bon de réduction dans votre boutique préférée ou un bon d’achat offert par votre tante Josiane.
  • les mauvaises langues : le positionnement de la marque vers une chaussure à la mode et son prix vont mobiliser les adeptes du dénigrement systématique qui vont jurer que l’Ultra Boost ne vaut rien.

BanniereTestProduit-2-1

Article posté le 26 février 2015 à 12 h 28 min.

 

10 commentaires

  1. Cher David V.,

    Belle analyse que vous offrez ici !
    J’ai l’impression que vous l’annoncez comme une bonne chaussure, très confortable, look « agressif » mais pas pour performer : une racer ratée?
    Le marketing semble un peu en décalage des capacités techniques de la chaussure (pour changer..)

    Est-ce vraiment la chaussure idéale pour les sorties de tout les jours si la semelle extérieur morfle si vite ?

  2. Compliquée ces questions cher Jaife.
    Je n’ai pas l’impression que adidas ait voulu en faire une racer. Enfin, je n’ai pas suivi l’ultrapromo à vrai dire. Je pense qu’elle peut viser à la performance pour le coureur de débutant à intermédiaire.
    Et que tout dépend des caractéristiques physiques du coureur. Peut-être qu’un coureur grand athlétique de 85kg désireux de passer sous les 3h15 sur marathon va la trouver performante (en tenant compte que la chaussure sera plus lourde si la pointure augmente). Pour moi, avec mes caractéristiques physiques et le même objectif, ça n’ira pas.
    Sur du 10K, elle conviendra à des coureurs un peu lourds. Mais pas pour se balader sous les 40mn.
    Vraiment, c’est sur semi-marathon que je la trouve la plus adaptée, là où tu as besoin de bien rebondir et de faire quand même des bornes. Mais à un certain niveau d’ambition, mieux vaudra de passer sur une Boston.
    Définitivement, je veux bien l’adopter mais sur des sorties sans objectif, celles qui me servent à faire de la caisse ou à faire tourner les jambes. A ne pas confondre avec une chaussure de décrassage. Même si elle est LifeStyle, ça reste une chaussure de course à pied. Incontestablement.

  3. Ah et oui, Jaife, pour la semelle extérieure, je pense qu’on a le moins de chance de l’user trop vite sur route et terrains non-accidentés. Je regarde ça de près et on en reparle dans un mois quand tu viens nous rendre visite.

  4. J’ai acquis la response boost TF à 65,00 € à décathl version 2014…
    Je confirme que pour les courses jusque 20 km..rythme régulier… elle est superbement agréable…sur route et chemin simple!
    Mais j’hésite pour mon prochain marathon!!!

  5. Bonjour,

    plutôt fidèle à Adidas avec les Energy Boost, on m’a offert les Ultra Boost. Depuis un mois je fais 4 sorties semaine et elles sont top. J’ai fait le semi de Paris avec, rien à dire. Mais j’ai de gros doutes sur le marathon. Beaucoup de potes me disent, de passer sur la Boston ou la Adios, plus dynamiques… Et j’hésite encore.

  6. Bonjour,

    J’ai les Ultra boost depuis peu et je confirme qu’elles ont parfaites pour un semi.
    Le design, le confort et le boost, tout y est sans mal (sauf le prix hihihi)

    Je suis pas un avion en course (semi en 2:00) pour 67 kg et 1,73 mais j’aimerai les tester pour le marathon de Genève en Mai 2015.

    Est ce que l’un d’entre vous pourrait me dire si elle tiendront la distance pour 4h15 mais certainement 4:30 ?

    Merci d’avance

  7. Bonjour à tous

    Aucun souci sur le marathon avec ces chaussures, 3h15 à Paris hier pour mon premier Marathon avec des ultra boost qui avaient seulement 10km… aucune gene aucune blessure, super chaussures !
    Si vous n’êtes pas trop lourds (je fais 65kg) allez y les yeux fermés

  8. Comment la semelle à donc réagis avec le temps ?
    C’est toujours une continental ?

    J’espere qu’elle est aussi fiable que les semelles (increvable) des boston boost 5 !
    Car fait pas rêver; c’est une certitude que cette nouvelle semelle équipera les boston 6.

    Pour l’instant, les plus fiable sur le marché c’est Adidas avec leur semelle continental (d’où leur prix élevé, j’imagine)
    Mizuno avec leur sayonara ils m’ont bien fait « rire » à 75km un troue c’était formé près de l’orteil, arriver 500km la semelle était morte, elle m’ont crée une blessure au genou ! Pire les rider avec le drop de 12mm.
    Pour moi Mizuno c’est fini !

  9. Bonjour,

    Je viens de les achetés et j’ai l’impression qu’elles ne sont pas faites sur route mouillée mais pourquoi adidas n’a pas mis des semelles goodyear qui eux accrochent mieux comme l’adidas adista boost
    attendant la Super ultra boost 😉

  10. Chaussures grand publique jolie et tout et tout. Mais une veritable merde pour la performance. ELLE EST LOURDE et « pompe » en fractios. Et c’est cher pour avoir un look POLYSTYRENE. Un drop énorme! Bref pas proche de la route. Même une Altra The one zero drop avec un confort lune legèreté (200g en 45) avec un amorti de 23 mm tout le long de la chaussure et mieux. Pourquoi choisir une running lourde sur Marathon et semi ?
    Meme Bekele a des chaussure Nike de 180g pour le Marathon. Marathon, semi = chaussure légère et amorti suffisant y a plein d’autre modèle comme New Balance MR00.
    J’ai rien contre Addidas d’ailleurs les Adizeros Hagio sont largement supérieurs pour semi et Marathon.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.