En bref
Accueil » Conseils » Santé » Intérêt de l’ostéopathie dans la pratique de la course à pied
Du 14/11 au 25/11/2016 Le Noël des runners : mega deals, ventes flash, idées cadeaux... Jusqu'à -40% sur Univers Running

Intérêt de l’ostéopathie dans la pratique de la course à pied

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 4.3/5 (12 votes)

sportifL’ostéopathie est une science manuelle qui vise à libérer le corps de ses tensions. Elle agit de manière globale en s’intéressant aux tissus osseux, articulaires, ligamentaires, musculaires, viscéraux, craniens…

L’objectif premier de l’ostéopathie est  de libérer les restrictions de mobilité tissulaires afin de rétablir un équilibre physique. Le corps et le psychique sont intimement liés c’est pourquoi  l’équilibre physique favorise un équilibre psychique, énergétique et chimique. Les techniques ostéopathiques sont exclusivements manuelles.

D’après une étude récente réalisée à Montréal  80 % des coureurs se blessent lors de leur pratique chaque année. La course à pied est une activité très traumatisante de par la répétition des chocs sur le corps. Il en résulte des tensions articulaires, musculaires, ligamentaires qui sont à l’ origine de dysfonctions de mobilité. Si ses restrictions de mobilité ne sont pas éliminées elles provoquent des troubles de la gestuelle sportive pouvant aboutir à de véritables pathologies. Le corps  est capable de s’adapter aux contraintes mécaniques inhérentes à la course à pied toutefois cette adaptation présente des limites. Lorsque l’organisme ne peut plus gérer ses contraintes mécaniques répétitives ce  sont les douleurs et blessures qui apparaissent. Ces dernières entrainent un arrêt plus ou moins long de la course à pied.

Une séance d’ostéopathie peut être intéressante soit dans un but préventif (peu de monde) à raison de une à deux séances par an soit dans un but curatif (trop de monde) dés que les douleurs sont présentes et installées. Il est aussi intéressant d’effectuer une séance d’ostéopathie avant un gros objectif, celle-ci doit néanmoins se réaliser dix à quinze jours avant la course afin que le corps ait le temps de se rééquilibrer. Certains patients ressentent les effets de la séance pendant une semaine.

Lors de la séance l’ostéopathe réalisera un bilan afin de mettre en évidence des dysfonctions et restrictions de mobilité. Ensuite le professionnel libère les tensions trouvées et rééquilibre le corps par rapport aux nouvelles informations qu’il vient de donner.

Un petit blocage qui pourrait paraitre bénin car très minime peut avoir de grandes conséquences sur le résultat d’une course.

En effet une restriction de mobilité au niveau de la cheville par exemple peut entrainer dans un premier temps une modification du déroulé du pas lors de la course. Puis celle-ci peut  entrainer des tensions au niveau du genou, de la hanche, du bassin puis du dos.

Le corps va réussir au début à s’adapter à cette modification du geste sportif mais si la contrainte mécanique est trop longue  (marathon, ultra trail) le corps va tout d’abord signaler ses troubles par des douleurs et si celles-ci ne sont  pas entendues par le coureur (arrêt de l’effort) c’est le début de certaines pathologies (contractures, élongations, tendinites…).

Le corps fonctionne par chaines musculaires ainsi un blocage de la cheville peut entrainer quelques semaines plus tard un lumbago ou un torticolis…

Le coureur doit être à «  l’écoute » de son corps afin de déceler une tension anormale ou  l’apparition d’une douleur. C’est pourquoi il est primordial de consulter dés les premiers signes d’alertes.

Chaque séance de course à pied doit se prolonger par des étirements afin de diminuer les tensions et de favoriser la récupération musculaire. Les étirements intéresseront prioritairement les muscles des membres inferieurs et du bassin : triceps sural (mollet), quadriceps (muscles antérieur de la cuisse), ischio-jambiers (muscles postérieur de la cuisse), adducteurs (muscles de la face interne de la cuisse), fessiers, pyramidale, et un muscle très important le muscle ilio-psoas.

Je voudrais également attirer votre attention sur l’importance de la dentition sur la posture et donc par conséquence sur la pratique de la course à pied.

Je vais prendre mon exemple : j’ai réalisé des travaux dentaires tout à fait classiques il y a quelques mois. Plusieurs semaines après, des douleurs au niveau des ischios-jambiers sont apparues. Je suis allé voir un confrère ostéopathe et les douleurs étaient toujours présentes. Je suis donc retourné voir mon dentiste. Il a observé une différence  d’occlusion entre le coté droit et gauche ce qui par l’intermédiaire de l’articulation temporo-mandibulaire entraine des troubles de la posture. Après son intervention les douleurs ont disparues dans les semaines qui ont suivies.

Il est important de rendre visite à son dentiste au moins une fois par an afin d’éviter ce genre de déboire.

Afin de favoriser la récupération il est essentiel de laisser le corps se reposer entre les séances : les phases de repos et de régénération sont tout aussi importantes que les phases d’entrainement.

N’oubliez pas non plus de dormir et de manger sainement !

Vincent Lemoine
Ostéopathe D O

Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis

Article posté le 6 mai 2014 à 17 h 36 min.

A propos de Vincent Lemoine

Kinésithérapeute et Ostéopathe - Team UR - J'essaie de transmettre ma passion du sport et de mon travail au travers de mes articles. Ancien pistard ( 800 m), je prends maintenant beaucoup de plaisir sur les chemins de traverse, sur des formats plutôt courts ! De temps en temps j'aime aussi me "dépouiller" sur un 10 km !
 

11 commentaires

  1. La dernière fois que je suis allé voir un osthéo, il m’a manipulé la nuque. J’ai fait un malaise dans son cabinet. Pour moi, les osthéo, c’est terminé.

    • La dernière fois que j’ appelé un plombier, il a tout manipulé au niveau des tuyaux, j’avais de l’eau partout dans la maison après son passage. Pour moi , les plombiers, c’est terminé…
      Les ostéos (sans « h ») c’est comme les plombiers il y en a des bons et des mauvais ,assurez vous de sa formation avant d’aller en consulter un. Mais comme les plombiers on en aura toujours besoin.

  2. Bonjour PhilRun, je ne vois pas le rapport. Sans tomber dans le pro ou l’anti, il semble évident des lors que l’on a une activité sportive régulière et relativement intense de devoir passer par la case »entretien ». Nous utilisons notre corps et c’est une mécanique formidable quand tout va bien et l’article est simple et explique très bien pourquoi il faut passer par la case révision pour la machine que nous utilisons. Au même titre que le mental l’organisme nécessite des soins préventifs idéalement et parfois malheureusement curatifs.
    Qui dit soins dit soignant et comme dans chaque spécialité, il y a de bons et de mauvais soignants. Je comprend ta crainte suite à une mauvaise rencontre que j’ai moi même put faire, néanmoins je peux t’assurer que pour ma part lors de situations compliquées sur de réels traumatisme les vrais bon ostéos font un super boulot. Une manipulation de cervicale reste délicate et tjs sujet à cautions. Mais honnêtement cet article est bon et a le mérite de faire réfléchir le coureur sur sa pratique,il permet d’amorcer une réflexion sur comment prendre soin de son outil préféré pour le sport » mon corps » et l’ostéopathie avec sa vison global peut aider les personnes qui sont dans des impasses lors de leur pratique.

  3. bonjour j’ai fait 3 seances chez un ostheo (de merde ) et a chaque seance c’etait pire ,il me remettait le truc a gauche j’avais mal a droite , en prime jamais a l’heure , ma femme ma conseiller son ostheo qu’elle a ete voir a bezons ds le centre ville ,et la nana en une seance , elle ma tout remit en place et elle a passer 20 minutes sur ma nuque , j’avais une vertebre de travers et qui avait legerement tourner , bref a la fin de cette seance je lui demande , je revient vous voir quand ? ds 6 mois meme si vs avez pas mal ,il vaut mieux prevenir que guerir , je ne marque pas son nom ici , mais elle est pas dur a trouver pour ceux qui sont ds le 95 ,elle c’est occuper pendant 7 ans d’une equipe de rugby ,elle est trop top ds son job , bref l’hosteo c’est comme tout , ta des nazes et des top ,le meiux est d’avoir l’avis de personnes qui ont deja ete consulter

  4. moi le mien avait de beau diplome ,mais c’etait un naze ,je pense pas que les diplomes soit un critere , je pense le parcours l’est bien plus ,un ostheo qui a suivi une team de runner ou qui s’investi est bien plus apte a deceler un mal profond

  5. Ca sent tellement la pub ces 2 derniers commentaires.
    Une notion générale : ceux qui ont besoin de se faire de la pub (ou de faire croire que les gens sont TELLEMENT heureux qu’ils lui font de la pub gratuite) généralement c’est eux qu’il faut éviter: leur cabinet ne tourne pas, sinon ils n’auraient même pas le temps de faire ça.
    Cela dit, c’était presque bien joué, mais le patient analphabète au point d’écrire de 3 façons différentes ostéo, c’était trop gros.

  6. Bonjour, je suis ostéopathe, ou « ostéo »,, déjà c’est mieux bien écris.
    Sinon pensez à vous faire suivre aussi pour des entorses anciennes ou fraiches!

  7. Bonjour nan je suis pas analphabète et je suis vraiment satisfait de mon « osteo » mais maintenant si être heureux d avoir trouver l osteo qui ma enlever ma douleur au genou et le dire sur un post en commentaire c un crime ,bah je force personne a y aller ,continuer a tailler ce qui est sure c que je mettrais plus de commentaire vu la réponse a 2 neurones de certains …

  8. Article vraiment intéressant pour les patients, je partage

  9. Ça y est, ils ont fini les gamins! Pour ma part, j’ai vu plus d’1 ostéopathe et chacun était doué par rapport à un pb. Je vois un ostéo depuis que j’ai 33 ans. Visite tous les 6 mois depuis que tous mes soucis sont à peu près réglés. Si je m’étais contentée de la médecine générale et de l’avis d’un chirurgien, mes genoux auraient subi une intervention. Une vieille entorse, clavicule cassée, mâchoire mal calée etc. Mon dos avait les lombaires bloquées (piqûres dans les genoux ou genoux enflées), blocage entre les omoplates (problème d’isolation en danse) et cervicales bloquées suite à des torticolis mal soignés étant jeune. Je ne parle pas des otites cereuses à répétition (mâchoire en biais). Bien sûr, j’ai appris tout ça au fur et à mesure (15 ans) en essayant de comprendre mes soucis physiques. Je courre, fais du fitness et de la danse, et je veux pouvoir en faire le plus tard possible. Les ostéo sont de bon conseil et soulagent. Pour finir, je dirais qu’il faut trouver celui qui vous convient. Je fais parti des personnes persuadées qu’il faut être préventif et ne pas oublier cette belle phrase: qui ménage sa monture va loin ou qui fait attention à sa monture va loin!

  10. personnellement j'insisterai sur l'auto entretien (les étirements, le sommeil, les séances de récupération…) car il ne sert à rien de s'entraîner dans de mauvaises conditions (je suis triathlète et j'ai un emploi du temps sportif hebdo de 10 à 20h en plus des 40h de travail). Une petite anecdote "dentaire" également: j'ai personnellement tardé à reconstituer une molaire inférieure au printemps dernier et les soins se sont étalés sur plusieurs mois. Etonamment j'ai accumulé les blessures pendant cette période (ischios, tendon d'achille, genou) alors hasard ?? ( et je suis chirurgien-dentiste diplômé d'occlusodontie = discipline qui s'intéresse aux rapports des mâchoires entre elles et à leurs éventuelles incidences)

Vos commentaires

Revenir en haut de la page