Taxe, FFA : le micmac prend de l’ampleur

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 5.0/5 (2 votes)

Taxe FFA Amsalem Trail

Entre les stars du trail français qui prennent position ces derniers jours, Bernard Amsalem qui tente d’éteindre l’incendie et les réactions épidermiques de milliers de coureurs, la situation se tend depuis la semaine dernière. Preuve de cet emballement : l’Equipe -qui fait rarement la part belle au trail- consacrait ce lundi un article de près d’une page à ce conflit.

Souvenez vous (peu de chances que vous ayez oublié) la semaine dernière Bernard Amsalem, le président de la FFA, annonçait vouloir reprendre la main sur l’organisation des courses hors stade et prélever une partie du prix des dossards. Suite au tollé suscité par sa sortie, il a tenté de calmer le jeu en revoyant son discours… Trop tard.

Les traileurs, les plus virulents face à la FFA

Il faut dire que cette annonce ne fait qu’accélérer une crise de croissance du monde du trail depuis quelques années. De plus en plus d’amateurs, de plus en plus d’argent aussi via les partenaires, les marques et la médiatisation : la discipline est face à un vrai dilemme aujourd’hui : comment continuer à grandir à vitesse grand V, sans pour autant perdre ce qu’on appelle communément « l’esprit trail » ? Cette intervention de Bernard Amsalem n’a fait qu’accentuer quelques craintes…

L’un des premiers à dégainer : François D’Haene, LA star française de la discipline. Lui appelle carrément sur Facebook à boycotter les championnats de France et du monde, organisés par la FFA et la FIA. Il proteste notamment contre l’instauration de départs séparés : les élites, puis les autres. L’une des richesses du hors stade, c’est justement de pouvoir prendre le départ avec des cadors. Il craint notamment que la FFA dénature totalement la discipline.

Thomas Lorblanchet (4 fois vainqueur des Templiers) rappelle dans l’Equipe de ce lundi que les premiers championnats du monde de trail se sont courus sur un parcours en boucle. Inconcevable pour bon nombre de coureurs. La fédé internationale est ensuite revenue sur ce principe. Mais cela illustre bien les dangers d’une tutelle qui semble aujourd’hui ignorer les principes de la discipline.

Le risque : une division, voire une fracture entre les coureurs

Nathalie Mauclair, qui a remporté entre autres la diagonale des fous 2014, n’a pas tardé à réagir aux propos de François D’Haene. Si elle se dit d’accord avec lui dans les grandes lignes, elle regrette son appel au boycott. (Elle fera elle-même partie de l’équipe de France lors des mondiaux sur la Maxi Race, à Annecy) Elle appelle elle-même à plus de modération quant à l’accueil que réserve le monde du trail à la fédé : selon elle, la FFA a appris de ses erreurs passées et beaucoup de ses membres travaillent aujourd’hui pour le bon développement de la discipline.

Tous en tout cas sont du même avis : il faut défendre la discipline

Reste à se mettre d’accord sur la façon de défendre les valeurs d’un sport mis en danger par son propre succès, qui génère des risques et fait des envieux. La main mise de la FFA sur le trail semble inéluctable à plus ou moins long terme. Alors que faire ? Travailler avec ses dirigeants, main dans la main ? Beaucoup ne veulent pas en entendre parler. Certains aimeraient créer une fédération de trail indépendante, d’autres évoquent une affiliation à une autre fédération, celle de randonnée par exemple. Autant de solutions potentielles, autant de divisions qui au final pourraient bien faire le jeu de gens qui, eux, ont d’autres intérêts que la défense de notre chère discipline.

Article posté le 1 avril 2015 à 13 h 40 min.

 

Un commentaire

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.