Simplification du certificat médical : ça change quoi ?

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 5.0/5 (6 votes)

certificat médical et course à pied

Le ministre des Sports Patrick Kanner l’avait promis : la simplification du certificat médical de non contre-indication à la pratique sportive entre en vigueur le 1er septembre. Voyons ce que cela change.

Le premier point -et sans doute le plus important- concerne ceux qui sont licenciés, dans un club d’athlétisme par exemple. Auparavant il fallait passer une visite médicale tous les ans pour présenter un certificat. Ce sera désormais tous les trois ans. Concrètement, vous fournirez ce petit papier du médecin la première année, puis vous devrez remplir un simple formulaire à remettre à votre club les deux années suivantes. En fonction des réponses, si un danger est détecté, il pourra éventuellement vous être demandé un passage par la « case médecin ». C’est un changement qui va dans le bon sens pour ceux qui rechignent à dépenser 23 euros (sans doute bientôt 25) pour un certificat tous les douze mois.

Plus de certificat pour l’EPS

Cela concerne plutôt vos enfants/neveux : Il ne sera plus demandé de certificat désormais pour la pratique de l’UNSS, pour les activités sportives facultatives du mercredi après-midi par exemple. Le ministère estime que « l’aptitude des jeunes à faire du sport est présumée ». On pourrait répondre qu’un jeune de dix ans peut présenter un souci cardiaque au même titre qu’un « moins jeune » de 40 ans. Mais ne chipotons pas.

La fin du certificat spécifique à chaque sport

Si vous faites partie des sportifs multicarte, vous connaissez ce moment où vous demandez au médecin un certificat pour la pratique de la course à pied, un autre pour le badminton, un pour la natation et l’autre pour le curling ( ATTENTION : un médecin un peu chambreur pourrait vous refuser le curling). Désormais, un seul certificat d’aptitude suffira pour pratiquer ces sports. Exception faite des disciplines considérées comme extrêmes, comme le parachute, la plongée ou la boxe. Alors quid de l’ultra trail ou des ultra marathons ? Difficile à dire pour le moment, on peut imaginer que certaines épreuves demanderont un certificat bien spécifique pour se couvrir.

En bref, c’est mieux, mais…

Mais  cela reste encore archaïque et discutable. On sait très bien aujourd’hui qu’une partie des certificats fournis sont falsifiés et que c’est très facile de jouer à l’apprenti faussaire de nos jours. On sait aussi que certains médecins (pas tous évidemment, loin de là) sont peu scrupuleux et se contentent de deux ou trois flexions. Comment peut-on détecter un quelconque risque de cette façon ? Enfin il est aujourd’hui possible avec une licence d’athlé de participer à une course à pied, mais ce n’est pas le cas avec une licence de cyclisme par exemple. Si quelqu’un est capable de justifier en quoi un cycliste est moins apte qu’un lanceur de poids à courir un marathon, alors qu’il parle maintenant ou se taise à jamais.

Bref, cette simplification va dans le bon sens mais ne règle pas la question d’un certificat qui d’ailleurs n’existe pas dans bon nombre de pays tout aussi pointilleux que le nôtre sur les questions de santé publique.

Alors en attendant, on est en septembre, et vous savez ce qu’il vous reste à faire. Cela fera 23 euros s’il vous plait.

Article posté le 30 août 2016 à 10 h 51 min.

 

2 commentaires

  1. Je ne vois pas du tout ce que cela change, sauf à ce que des gens risquent de faire des problèmes graves non détectés avec une visite « sérieuse ». D’ailleurs, on sentait bien que les cardios ou toubibs rechignaient à faire les certificats (ils ont tellement la trouille d’avoir un problème ). Mais au passage, c’est quand même 23 ou 25 euros. Par contre ne mettons pas la visite comme problème car quand on est remboursé, ce n’est pas le 1 euro restant qui empêcherait de faire du sport ? En sortant de la visite, on va acheter les nouvelles………. pour 120 à 180 euros, alors ça me fait rigoler.

    • C’est bien le problème on ne paie qu’un euro, c’est la crise donc économie ! Et perso, c’est bien les médecins ne perdront plus leur temps !! Et un club peut exiger de demander un certificat pour certains cas ! Mais ça n’empêche pas les pratiquants d’être prudent et de ne pas se surestimer ?

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.