Saucony Triumph ISO 2 : Le test

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 3.4/5 (120 votes)

saucony-triumph-iso-2-test-avis - 3

La Triumph de chez Saucony est devenu un classique depuis plusieurs années. Depuis l’an dernier, ce modèle est équipé d’un tout nouveau système d’amorti, retravaillé pour cette dernière mouture. La Triumph 2 embarque également la technologie Everun, censée améliorer le rebond et la durée de vie de la chaussure. 

On ne va pas se mentir : la Triumph ISO 2 n’est pas la chaussure qui vous permettra de pulvériser votre record sur 10km. Il suffit de la sortir de sa boîte et d’en faire le tour pour faire ce constat. Une chaussure séduisante esthétiquement mais pas toute légère : 289 grammes, soit 3 grammes de gagnés par rapport à la précédente Triumph. C’est finalement dans la moyenne de ses concurrentes, à savoir les chaussures de running prévues pour courir longtemps.

saucony-triumph-iso-2-test-avis - 4

Le test complet de la Saucony Triumph ISO 2

Sachant dès le départ dans quelle cour elle jouait, je l’ai emmenée avec moi sur mes dernières sorties longues avant la Saintélyon. Au menu, des sorties de 2 à 3h, où le confort est indispensable. Elle m’a séduit pour trois raisons qui me pousseront certainement à prolonger le bail, et à les porter sur un prochain 100km route. Les voici :

– Le confort : un pied bien maintenu sans toutefois être trop serré. Le chausson est large à l’avant, le talon maintenu derrière, la languette confortable et légère. Le laçage est correct. Notez toutefois que la tige est basse à l’arrière, pour moi qui suis habitué depuis des années aux Nike Pegasus sur ce type de gabarit, cela demande un temps d’adaptation.

– La stabilité : certaines chaussures ne m’inspirent pas suffisamment confiance pour que je tente de les emmener dans les chemins les plus accidentés dès les premiers rendez-vous. Or, avec les Triumph ISO 2, dès les premiers kilomètres, je me suis senti en sécurité, avec une semelle assez large, et une chaussure qui tient bien le pied. J’ai donc tenté un peu tout ce qui m’est passé par la tête : montées/descentes en pavés, dévers en terre, bitume glissant. Verdict : c’est le pied. Je ne suis pas en train de vous dire que c’est une chaussure de trail, la semelle n’est clairement pas conçue dans cette optique, mais même pour des courses nature un peu longues, je partirais volontiers avec ces souliers.

– L’amorti : c’était ma priorité. Dans ma collection de chaussures, la Nike Pegasus est un grand classique que je renouvelle chaque année. Pourquoi ? Parce qu’on y est comme sur un nuage. Une sensation que j’ai vite retrouvé avec la Triumph ISO 2, et même un peu plus. Elle est sans doute moins dynamique du coup, mais quel amorti ! C’est tout à fait le genre de chaussures pour partir sur un marathon ou un 100km en toute sérénité, même sans un gabarit  »poids mouche ».

saucony-triumph-iso-2-test-avis - 1

Voici donc les trois points qui m’ont séduit. J’ai commencé cet article en vous parlant du dynamisme qui pêche un peu : effectivement, dès qu’on commence à vouloir « appuyer » sur une séance de VMA, on sent bien qu’on s’enfonce un peu. Mais après tout : est-ce qu’on essaye de gravir le Mont Blanc avec de chaussures de foot ? Sa spécialité à elle, c’est de vous mener à bon port sur de belles distances, sans que vos genoux vous supplient de prendre rendez-vous chez le kiné dans les plus brefs délais.

Bilan du test de la Saucony Triumph ISO 2

le top pour des distances qui vont du marathon à l’infini. Pour les gabarits plus imposants, c’est une chaussure idéale quelle que soit la distance, elle saura prendre soin de vos articulations !

Quid de la durée de vie de cette chaussure équipée de la technologie Everun ? Il faudra encore parcourir quelques centaines de kilomètres pour se faire une idée plus précise de l’intérêt de cette nouvelle matière par rapport à un EVA classique.

Les notes des Triumph ISO 2

  • Esthétisme : 8/10
  • Dynamisme : 7/10
  • Confort : 9/10
  • Stabilité : 9/10
  • Accroche : 9/10
  • Rapport qualité/prix : 8/10

BanniereTestProduit-2-1

Article posté le 4 décembre 2015 à 11 h 55 min.

 

3 commentaires

  1. Bonjour, pour la durée de vie, les miennes ont tenu 1 an et deux mois pour une utilisation uniquement sur route avec en moyenne 2 sorties d’environ 10km par semaine (tissue déchiré sur le côté interieur lateral). Autant dire que je suis un peu décu de ce côté là…

  2. Bonjour. Après 5 mois et 500 km, uniquement au talon du pied droit, le chausson intérieur est déchiré, la mousse du contrefort à des trous!. Déçu par ces Saucony. Ce sont les premières. Jusqu’ici je courais avec Mizuno ( Précision, Rider, Ultima..) plus de 1000 km sans usure.

  3. Je change régulièrement de marque et jusqu’ici je ne courrait pas plus loin que le semi. Je me prépare pour le marathon et j’avais besoins de remplacer mes actuel saucony Ride 7 en fin de vie (et c’est peu dire, avec presque 1500km au compteur, des épaves…). De ce fait, mon avis est un peu biaisé du fait que les Ride 7 était au bout du bout ! il n’empêche que d’emblé le confort et l’efficacité de l’amorti m’ont bluffé ! j’ai fait deux sorties de 10 -12 km cette semaine puis finalement 20km ce week-end et c’est le bonheur : un peu de streching, une douche et je pourrais repartir ! Longtemps que je n’avais pas eu ce ressenti sur 20km… après un semi au mois de juin, certes pas au même rythme et avec ces Ride 7 ratatinée, j’avais les jambes démontés a telle point que je me faisais réellement du soucis pour le marathon de septembre ! Maintenant c’est tout le contraire, je me réjouis du week-end prochain pour 25 bornes ! bref, chaussure que je recommande : pour la longue distance, c’est du caviar !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.