L’alimentation au coeur de la préparation sportive

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 4.3/5 (10 votes)

Nutrition du coureur Les sportifs ont des besoins spécifiques et l’alimentation de « Monsieur Tout Le Monde » n’est plus suffisante pour combler les pertes et besoins occasionnés par l’effort physique.
Si la nutrition à elle seule ne permet pas de gagner, c’est elle qui  préserve fortement d’une contre-performance. Des erreurs diététiques sont très souvent à l’origine de défaillances physiques et de contre-performances.


Chaque sportif est « UNIQUE » !

Chacun doit trouver son alimentation et non un modèle standard pour tout le monde !

La diététique est une «discipline» à part entière et fait partie d’un système où l’objet central est la performance optimale. Interviennent en synergie avec elle la technique, la tactique, la préparation physique et la psychologie (préparation mentale).

Une alimentation équilibrée, variée et diversifiée permet le maintien en bonne santé de l’individu. Qui dit bonne santé dit meilleure tolérance à l’effort, meilleure faculté de récupération pendant et entre les séances.

Le concept d’une alimentation équilibrée chez un sportif repose souvent sur des repères approximatifs et des approches personnelles parfois excessives et empiriques qui mènent à une pratique « du n’importe quoi ».

Si il y a bien un domaine qui véhicule toutes sortes de croyances et de discours ésotériques, c’est bien la « bouffe ».

 La consultation diététique sportive doit s’adapter en fonction du sportif (âge, sexe…) et de son activité physique : comme le niveau de pratique,  la fréquence des séances d’entraînement dans la semaine, le type d’activité et la durée (1500m, marathon, ultra…), son degré d’intensité (compétition ou loisir), et surtout de son rythme de vie habituel, de ses goûts et habitudes.

La notion du « Bien Manger » ! Quésako ?

 « Bien manger », c’est simple et compliqué à la fois. On répète sans arrêt que manger varié garantit une bonne santé, mais il faut tout de même respecter certaines règles de base pour accéder à cette variété !

L’essentiel réside dans le comportement alimentaire du sportif, dans la relation complexe qu’il entretient avec le modèle alimentaire qui lui correspond le mieux, et donc dans l’« AGIR » !

« Bien s’alimenter pour mieux Performer ! »

Si manger de tout en petites quantités est une nécessité, la difficulté essentielle pour l’athlète est de consommer les justes quantités au regard de ses besoins individuels. Suffisamment pour éviter les déficiences, voir carences ou au contraire les excès avec une prise de poids au final pouvant être délétère in fine pour la réalisation d’une performance.

Il est impossible et non raisonnable de donner seulement des notions quantitatives en terme de calories et qualitatives concernant les nutriments. Ces notions sont propres à chacun. Elles sont liées à différents paramètres (sexe, âge, morphologie, activités physiques et sportives, objectifs à court, moyen et long termes…). Elles ne peuvent être définies qu’après un bilan individuel plus ou moins exhaustif (biologique, physique, sportif, environnemental, alimentaire et psychologique)  réalisé par un staff médical et paramédical (médecin, diététicien, psychologue, kinésithérapeute, ostéopathe, ergothérapeute,…).

L’évaluation des besoins nutritionnels, du comportement alimentaire et la mise en place d’un suivi diététique étant les compétences exclusives d’un seul spécialiste : Le diététicien.

En conclusion…

De nombreuses recherches scientifiques ont permis d’améliorer la prise en charge diététique des athlètes notamment concernant l’adaptation de la nutrition au regard du comportement alimentaire de chacun, permettant ainsi de respecter au mieux l’intégrité de l’individu. Il est impératif de partir de l’unicité de l’être humain, de comprendre ses besoins, son environnement, ses émotions, ses « attirances » alimentaires au niveau organoleptique (saveur, odeur, visuel, texture,…) afin d’assurer la meilleure prophylaxie alimentaire possible.

Nicolas AUBINEAU
Diététicien Nutritionniste, D.U. Nutrition du Sport
E-mail : contact@nicolas-aubineau.com
www.nicolas-aubineau.com

Article posté le 18 novembre 2013 à 11 h 32 min.

 

2 commentaires

  1. Très intéressant! La question est : cela suffit-il de faure attention a manger correctement la majeure partie du temps mais sans aucune privation quand on est avec les copains le week-end?? (La vie est faîtes pour être vécue non?)

  2. C’est une question pertinente. En général, si vous faites bien les « choses » en chronique, les écarts sont permis en ponctuel! 🙂 Le corps s’adapte plus facilement à ce qu’on lui apporte fréquemment qu’occasionnellement, d’autant plus si ce sont des « bonnes choses »! 🙂

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.