On Running Cloudsurfer : Le test

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 3.4/5 (53 votes)

cloudsurferOn Running commence à se faire une place dans le monde de la course à pied. Nous avons eu envie de confier une paire de Cloudsurfer à un lecteur de Globe Runners. L’occasion pour lui de tester un modèle pour le moins original et nous donner son ressenti au travers d’un compte-rendu. Une véritable découverte pour Matthieu qui jusque-là ignorait tout de la marque venue de suisse. 


On Running Cloudsurfer : Le test complet

Je vais dans un premier temps évoquer la partie esthétique. La marque On Running a vraiment fait les choses en grand. Pour commencer, parlons du packaging. Même si c’est un détail, la boite de rangement est vraiment qualitative. On reconnait là le savoir faire Suisse. La paire de Cloudsurfer On Running est fournie avec 2 jeux de lacets, un de couleur orange et un autre plus discret de couleurs grise. En ce qui concerne la paire la Cloudsurfer, elle ne laisse pas indifférent. J’ai même eu la surprise de rencontrer des coureurs lors d’une séance d’étirements qui m’ont demandé la marque de la chaussure et m’ont posé des questions sur celles-ci (qualité de l’amorti, maintien du pied,…)

cloudsurfer 6

Les caractéristiques techniques de la Cloudsurfer :

  • Poids : 285 g (pointure 42)
  • Mesh en maille filet avec mousse intelligente
  • Languette perforée combinant respirabilité et confort
  • Semelle Intermédiaire EVA haute qualité offrant performance et durabilité
  • Semelle de propreté incluant un double support pour un confort optimum
  • Composition en caoutchouc Cloudtec® limite l’abrasion de la semelle
  • Drop 7 mmcloudsurfer 3

Retour terrain :

Avant d’effectuer ce test, je me présente, Matthieu, j’ai 27 ans et je pratique la course à pied depuis près de 5 ans. Je pèse 82 kg pour un 1m92. Mon temps moyen sur un 10 km se situe dans les 45 min et mon unique performance sur un semi-marathon (Paris) est d’1h46.

Habitué à des Saucony Triumph 10 et des Asics Nimbus 14 qui restent deux modèles très confortables, j’ai été bluffé par les Cloudsurfer de On Running  qui offrent un confort d’accueil inégalable, les pieds sont vraiment bien maintenus et ne bougent pas à l’intérieur des chaussures. On notera par ailleurs que la semelle de propreté est également technique avec un renfort situé sous les métatarsiens ce qui permet d’améliorer la qualité de l’amorti. La première impression reste assez étrange avec des plots en dessous des  chaussures appelés  les « clouds » qui donnent une sensation de suspension.cloudsurfer 2

cloudsurfer 5

Quand l’expression courir sur un nuage prend tout son sens !

J’ai effectué le test des Cloudsurfer sur un parcours de 10 km menant à la citadelle une petite dizaine de fois. Il s’agit d’un parcours qui allie bitume et chemins roulants, parfaits pour avoir une appréciation globale de cette paire de running .

En ce qui concerne la partie sur bitume rien à redire, la chaussure reste très dynamique, on ressent parfaitement l’énergie de la course en impulsion vers l’avant. Il s’agit, à n’en pas douter, d’une chaussure adaptée à la compétition et aux entrainements rapides. Je suis par ailleurs en accord avec la marque On qui la recommande pour des coureurs qui se situeront entre 4 et  5 min au kilomètre.

Le seul point qui pour moi resterait à retravailler concerne la qualité d’accroche sur chemins. Ayant couru pendant l’automne j’ai perdu 1 ou 2 fois l’équilibre en glissant sur des feuilles ce qui a modifié mon comportement en course ; dès l’arrivée sur ce type de passage je ralentissais afin d’éviter de chuter. Je tiens également à préciser que ce type de chaussures de running ne sera pas adapté à un usage type Trail et montagne.

D’autre part, je reste agréablement surpris par cette chaussure, les clouds n’ont pas bougé. Selon moi, il est possible d’effectuer entre 800 et 1000 km sans aucun problème. J’ai également pu apprécier l’évacuation de la transpiration.cloudsurfer 4En ce qui concerne l’entretien de celles-ci encore une fois On marque un point, en 2 min montre en main les chaussures étaient lavées avec une brosse et un peu d’eau.

Au final après avoir parcouru une centaine de km pendant le test, j’ai totalement adopté cette paire de Cloudsurfer ; elles sont confortables, dynamiques et le pied est parfaitement maintenu : en somme tout ce qu’un coureur est en droit d’attendre ! Je pense les utiliser pour quelques-unes de mes courses sur route en 2014. Pour conclure, j’ai envie de dire que la marque On gagne vraiment à être connue, l’essayer, c’est l’adopter !

Matthieu 

Article posté le 23 décembre 2013 à 12 h 14 min.

 

9 commentaires

  1. Bonjour, quelle pointure dois-je prendre (sachant que sur les nimbus 14 je prends du 45)?
    Merci pour ta réponse
    Pierre-jean

  2. Bonjour, je cours en ce moment en brooks glycerin 11 T42, je voudrais savoir qu’elle taille prendre pour des on cloudsurfer. Par avance merci !

  3. Bonjour,

    Je suis passé chez on-running en 2012 en faisant l’acquisition d’une paire de cloudsurfer en taille 43.
    Dans un premier temps, j’étais vraiment surpris par la qualité de l’amorti ainsi que la sensation de « poids plume ».
    Après seulement 2 semi-marathon, les alvéoles situées sur l’avant se sont cassées. De plus, lorsque l’on court sur un sol mouillé, les chaussures couinent énormément, ce qui est vraiment désagréables.
    Ces chaussures offrent des qualités en matière de comfort et un amorti rarement égalé, cependant, l’usure est prématurée et l’usage est réservé à un sol sec et lisse (les cailloux s’insèrent entre les alvéoles).
    Bonne soirée à toutes et à tous
    Jérôme

  4. Hello,
    même témoignage que Jérôme : je ne suis pas un coureur assidu, pourtant l’un des amortisseurs est déjà cassé. J’ai dû utiliser ces chaussures au maximum 60 fois (une fois par semaine, sans utilisation intense).
    Vu le niveau de gamme de la chaussure, c’est pas normal je trouve. (et oui, je confirme, les chaussures couinent sur sol mouillé)
    Louis.

  5. Je possède une paire de QC et j’apprécie leur légèreté et leur niveau confortable, particulièrement parce qu’elle ne frotte pas contre les hauts des chevilles comme une salomon. Mais aussi, l’impression de marcher ou courir sur une piste suédoise… bémol aussi pour moi, les cailloux s’insinuent entre les fentes de la semelle.
    Ah, j’oubliais; j’ai acheté ma paire au Canada à un prix top. Aucun regret !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.