Micmac aux championnats de France de Trail : l’organisateur s’explique

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 5.0/5 (3 votes)

55 km - Championnats de France de Trail 2016 - St Martin Vésubie crédit : Photo Yves-marie Quéméner © Y-M Quéméner Pas d'utilisation pub ou PLV Usage presse dans le cadre d'un article d'actualité sur le 55 km

Retour avec l’organisateur du Trail de la Vésubie, sur un week-end qui a beaucoup fait parler dans le petit monde du trail à l’occasion des championnats de France de la discipline. 

Les championnats de France qui se déroulaient cette année à Saint-Martin-Vésubie (PACA) ont beaucoup fait parler pour des raisons pas tout à fait sportives : pour faire simple, Sylvain Court, installé en tête, s’est trouvé dépassé par un groupe de coureurs qui s’était trompé de chemin. Parmi eux, Nicolas Martin, qui sous le coup d’une pénalité a finalement attendu Sylvain Court pour franchir la ligne avant d’être classé second. Depuis, les critiques pleuvent. Nous avons donc contacté l’organisateur de l’épreuve, Pascal Thiriot, président d’Azur Organisation (Marathon Nice-Cannes, Prom’Classic, …)

Pascal Thiriot, quel bilan tirez-vous de ce week-end ?

« C’était un beau et long week-end de plus de 50h, puisque la locomotive c’était l’Ultra Trail Côte d’Azur Mercantour. Il a fait très chaud, très beau, et c’est important puisque c’est déjà 50% de la réussite d’un événement. Ce fut aussi une belle réussite grâce à l’implication des bénévoles et des communes traversées. Et puis nous avons eu un sacré plateau sur les championnats de France. Sur le trail court d’abord avec la victoire de Cédric Fleureton. Sur le long ensuite avec Sylvain Court qui confirme son titre de champion du monde. Pour nous, c’est très positif. »

Ce qui ressort pourtant de ce week-end, ce sont les discussions autour du balisage du trail long, qui a valu une belle pagaille aux avant-postes…

« C’est vrai. 24 coureurs ont fait une erreur de parcours. C’est même plus qu’une erreur. Je rappelle que le premier, Sylvain Court, avait 2 minutes d’avance et qu’il a bien suivi l’itinéraire. Derrière, un coureur du coin qui connaissait le parcours de l’an dernier a emmené avec lui tout un groupe dans le mauvais sens. Il fallait tourner à gauche, il a continué tout droit, ils ont suivi comme des moutons suivent le berger. Le groupe a couru 3 kilomètres sans apercevoir le moindre balisage, et visiblement sans se poser de questions. Je rappelle qu’on parle de trail, il faut quand-même regarder où on court. »

Certains ont dit qu’ils avaient été induits en erreur par un balisage datant de l’an dernier…

« Nous sommes allés voir sur place, on a pris des photos. Je veux bien qu’à un moment, il y ait un vieux coup de bombe ici ou là. Mais quand-même, sur 3 kilomètres c’est peu ! Je rappelle que le balisage était très serré, tous les 50 mètres, et que 99,9% des coureurs en ont été satisfaits. L’ultra est passé au même endroit plus tôt dans le week-end et personne ne s‘est trompé. Par ailleurs, j’ajoute que le coureur qui connaissait le parcours savait que ce chemin menait au ravito suivant, c’est pour ça que personne n’a fait demi-tour. Dans le cas contraire, ils se seraient posés la question. »

Les critiques ciblent aussi la gestion du problème juste après, lorsqu’il a fallu décider des sanctions infligées aux coureurs concernés. Cela a pris beaucoup de temps, et la décision fait encore parler… (10 minutes de pénalité pour les coureurs concernés)

« Sur cette partie-là, c’est la Fédé (la FFA) qui a pris la décision. Ils ont fait des calculs en estimant que Sylvain Court avait 2 minutes d’avance avant l’erreur de parcours, et 5 minutes de retard ensuite. Ils ont longuement hésité et ont finalement tranché en infligeant 10 minutes de pénalité aux coureurs en question, c’est toujours discutable. En ce qui me concerne, si j’avais eu à décider, c’est très clair, ils auraient été disqualifiés. Sur l’Ultra, un coureur s’est ravitaillé hors zone, il a été mis hors course, c’est simple. Après, je comprends que c’est dur comme décision pour les coureurs, et que la polémique aurait peut-être été encore plus forte. Bon, peut-être aussi qu’une disqualification aurait eu un impact sur la carrière de certains coureurs, ça je ne sais pas… En tout cas moi sur la course Open, je n’aurais pas hésité, c’est le règlement. »

Cela gâche un peu la fête non ?

« Oui c’est vrai, ça laisse un goût amer, surtout quand on organise les championnats de France. Mais autant on peut se reprocher une erreur parfois, autant là on n’a aucun reproche à se faire là-dessus. Et je le répète, le week-end a été beau malgré tout. »

Craignez-vous un impact négatif sur l’image de votre événement ?

« Non pas du tout. Si je regarde tout ce qui se dit sur les réseaux sociaux, c’est surtout sur la Fédé que les gens tapent. La grande majorité des coureurs (ils étaient 2200 inscrits au total) est repartie très satisfaite, et c’est le principal. »

Merci Pascal Thiriot. Précisons qu’il ne s’agit en aucun cas d’un procès – puisque nous ne sommes pas juges – ni d’une vérité universelle – puisque nous ne sommes pas omniscients – mais bien d’une simple réponse de l’organisateur aux questions soulevées par un week-end qui a beaucoup fait parler.

Crédit photo : Yves-marie Quéméner

Article posté le 6 septembre 2016 à 16 h 39 min.

 

9 commentaires

  1. C’est qui alors le coureur du coin ??

    • Très juste votre commentaire! ils auraient du les disqualifier ou leur demander de faire demi tour, ça c,est passé aux 18e peu avent ravito Boréon , ce qui veut dire toutes les infos du 18 km à l arrivée ( soit 37km ) étaient faussées ce qui a perturbé les coureurs ,les familles et amis !! il lui a fallu un mental d,acier de ne pas lâcher le pieds !! la FFA a ces favoris ! ils auraient du être impartial , ils ont semé le doute même sur la victoire du Provençal Court – Sylvain . La fête a été belle quand même bravo aux bénévoles et organisations .

  2. certes je ne suis pas une flèche et j’ai pris le temps sur les sentiers, mais assurément ces derniers étaient extrêmement bien balisés, fléchés, rubalisés, bombés.
    Très belle organisation et encore bravo à Sylvain COURT.

  3. bravo a ce courageux organisateur qui rejette la faute sur le « coureur du coin ». pitoyable…

  4. Moi j’ai juste envie de dire, M. Thiriot resté sur les épreuves de route et laissé donc l’organisation des Trails aux amoureux du Trail. Ce qui me choque, c’est qu’il y avait dans les Alpes Maritimes d’autres Trail avec bien plus d’expérience qui auraient pu accueillir ce championnat de France……mais une volonté politique en a décidé autrement et voilà le résultat. Bref on organise pas un Trail comme une course sur route…… Sinon bien sûr bravo à tous les bénévoles qui sont toujours d’une importance capitale.

  5. La faute à qui ? A personne ou à tout le monde. Enfin, cet organisateur donne quand même l’impression d’être dans le déni. Après, je crois qu’il faut accepter, même si c’est dur, la part d’imperfection dans un balisage de trail. Ça peut pas être comme sur route. De toute façon, la question risque d’être réglée : les championnats de France ne passeront peut-être plus par là.

  6. Et de ça on en parle M. Thiriot:
    – Uniquement des news de l’ultra sur le site et la page FB de la course, à croire que les autres courses n’avaient aucun intérêt aux yeux des organisateurs!!
    – Un seul WC pour des centaines de personnes au départ de Saint-Martin-Vésubie, un peu limite non?!
    – Seulement 2 masseurs toujours pour des centaines de personnes…limite là aussi non?!
    – Pas de douches (où plutôt des douches réservées uniquement aux coureurs de l’ultra), avec des bénévoles qui donnent des mauvaises ou de fausses infos, à savoir des douches au stade…alors qu’il n’y en avait pas!!
    – Pas de repas à l’arrivée…pour le même prix d’inscription, beaucoup d’autres organisations offre un repas!!
    – Des informations contradictoires, pas claires et pas officielles concernant le matériel obligatoire…peu importe la liste, mais lorsqu’il y a un changement il faut que ce soit clair et officiel!! Là, au retrait des dossards le jeudi à Nice il y avait un vulgaire bout de papier avec écrit à la main « plus de veste obligatoire » (que l’on pouvait aisément louper), mais pas d’infos relayées par les bénévoles au retrait des dossards… Rien d’indiqué sur Saint-Martin-Vésubie, rien d’indiqué sur le site internet où sur la page FB de la course, pas de mails d’information…
    Uniquement un sms qui préconisait « casquette, lunettes de soleil, crème solaire et 2L d’eau »…mais rien sur la veste et la deuxième couche?! Obligatoire, préconisé, 1L, 2L??? On s’y perd!!

    Selon M. Thiriot: « La grande majorité des coureurs (ils étaient 2200 inscrits au total) est repartie très satisfaite, et c’est le principal. »

    Faites donc un sondage…pas si sûr qu’une grande majorité des coureurs soit si satisfaite…

    Tous les coureurs, de tous les formats de course, qu’ils soient là pour la performance ou pour une autre raison sont en droit d’attendre un minimum de considération et un certain niveau de prestation!!
    Pas sûr que ce fut le cas à Saint-Martin-Vésubie malheureusement…
    Lorsque l’on est pas capable d’assurer une organisation correcte pour l’ensemble des coureurs, à ce moment là, il faut se limiter à un seul format de course où un un nombre limité de coureurs…d’autres organisations le font très bien!!
    Visiblement, ce n’est pas la vision de M. Thiriot…qui doit voir dans ces 2200 coureurs, les centaines d’euros que ça va rapporter à lui et sa société privée…

    Même si la FFA à sa part de responsabilité dans ce fiasco…vous devriez craindre, M. Thiriot, un impact négatif sur l’image de votre événement…car encore une fois, beaucoup plus de coureurs que vous ne le pensez ne sont pas satisfaits de votre organisation et ne ferons sans doute plus le déplacement dans votre pourtant si belle région…

    • 100% d’accord avec cet inventaire des défauts de l’orga ! Pas près de revenir me faire tondre par chez vous (dommage c’était beau et les bénévoles sympathiques)

  7. The Duck from BSBBM

    et sinon ils avaient droit à une douche à la fin de 60km ? parce que nous, à la fin du 30km, il faisait très chaud, et la douche on a pu la prendre à l’hôtel une fois rentrés à Nice !!
    C’était quand même un championnat de france, pas le trail de st françois du groland

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.