Il va courir un marathon dans l’espace

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 5.0/5 (1 vote)

marathon-espace-tim-peake - 3

C’est en effet depuis la station spatiale internationale que l’astronaute britannique Tim Peake prendra le départ du marathon de Londres ce dimanche 24 avril 2016.

Sacré défi que s’apprête à accomplir l’astronaute britannique de 44 ans qui vit à bord de l’ISS depuis maintenant plus de 4 mois. Dimanche il prendra donc le départ du marathon de Londres sur un tapis de course, en orbite à plus de 400 km au dessus de la terre.

En guise de préparation, Tim Peake a effectué plusieurs séances d’entrainement d’environ deux heures durant les 6 dernières semaines. Il se dit confiant même s’il estime qu’on est jamais assez bien préparé pour courir un marathon.

Harnaché sur son tapis pour lutter contre l’apesanteur, Il devra se contenter du cadre monotone d’une pièce exiguë sans fenêtre comme seul décor. A bord de la station, les conditions ne sont pas idéales pour un marathonien. Il faudra sans cesse lutter contre la chaleur, le manque d’air frais et l’impossibilité de s’arroser durant la course.

Heureusement, Tim pourra compter sur son expérience de la course. Ce sera en effet son 2ème marathon de Londres puisqu’il avait déjà participé à l’épreuve en 1999. Sur la terre ferme il avait alors réalisé un chrono de 3h18.

Il faut savoir que la vie en apesanteur n’est pas très adaptée à l’effort physique intense que demande un marathon. Les longues semaines passées là-haut génèrent inévitablement une perte significative de masse musculaire qui affaiblit les jambes. Tim Peake espère tout de même boucler l’épreuve dans un chrono autour de 3h30.

marathon-espace-tim-peake - 1

Il sera le premier homme à réaliser cette expérience, mais pas le premier humain. En 2007, l’astronaute américaine Sunita Williams avait déjà couru le marathon de Boston en 4h24 depuis le tapis de course de la station spatiale internationale propulsée à plus de 27 600 km/h autour de la terre.

Une chose est sûre, après l’effort, Tim pourra compter sur les effets de l’apesanteur pour récupérer plus vite que les 35 000 coureurs qui auront foulé le bitume londonien.

Article posté le 21 avril 2016 à 11 h 00 min.

 

Un commentaire

  1. Wahoo, c’est une idée incroyable. Cela dit, j’ai du mal à imaginer comment on peut courir en étant attaché à un tapis. Quand on court, on a une certaine oscillation verticale, comment est-ce que ça peut être reproduit avec un système d’attache ? Je vais de ce pas essayer de trouver une photo en action.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.