Garmin Fénix 3 : Le test

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 3.5/5 (44 votes)

garmin-fenix-3-test-avis - 3

Avoir en test la Garmin Fénix 3, c’est la promesse de tester une montre de sport tout terrain, conçue pour les runners exigeants. A ce titre, la dernière-née de chez Garmin remplit plutôt bien sa mission. Retour sur deux mois d’essai avec cette montre GPS au positionnement plutôt haut de gamme. 

Le parti pris de Garmin est clairement de positionner la Fénix 3 à l’intersection entre la montre GPS classique et la montre de ville. De la première, la Fénix 3 possède un format généreux qui constitue aujourd’hui le standard des montres GPS. De la seconde, la Fénix 3 s’efforce de reprendre les codes esthétiques avec une certaine élégance : design général assez fin, possibilité de choisir l’affichage de l’heure en mode digital ou analogique et enfin choix de deux types de bracelets, l’un un métal plutôt esthétique, l’autre plus classique en caoutchouc plus destiné à la pratique sportive. Au final le mix est assez réussi.

Premières impressions

La Fénix 3 ne ressemble pas à un ordinateur monté sur bracelet comme le marché en propose de plus en plus. L’idée des 2 bracelets symbolise le mix recherché. Pourtant, dans les faits, je vois difficilement un runner s’amuser à changer régulièrement de type de bracelet selon l’usage qu’il en a au quotidien. D’autant que l’opération prend tout de même quelques minutes.

Une fois au poignet, malgré sa taille, la montre donne rapidement une impression de confort et d’une certaine légèreté. Elle se positionne bien au poignet et on peut l’oublier rapidement pour peu qu’on ne passe pas son temps à regarder les données enregistrées pendant une sortie.

Dernière chose, le modèle testé est doté du verre Saphir, annoncé comme particulièrement résistant. Cela surenchérit le prix du modèle mais c’est peut être une bonne option pour ceux qui ont peur de casser le verre standard.

garmin-fenix-3-test-avis - 1

Caractéristiques techniques

Dimensions : 51 x 51 x 16 mm
Définition d’écran : 218 × 218 pixels (couleur Chroma™)
Poids : 92g pour la Garmin Fénix Sapphire edition qui a été testée ici, 70g pour le modèle standard.
Degré de résistance à l’eau : 10 ATM
Autonomie : Le test réalisé, trop court, n’a pas permis de véritablement tester l’autonomie réelle de ce modèle et de la comparer, selon les modes utilisés, à celle annoncée par le constructeur. 
Altimètre barométrique & Boussole électronique
Multisport : Oui (pour tous les sports d’endurance)
Accéléromètre : Oui
Suivi des activités : Oui (compteur de pas, analyse de sommeil…)
Synchronisation : Automatique

garmin-fenix-3-test - 1

Premières manipulations

La manipulation d’ensemble de la Fénix 3 est plutôt intuitive. Les boutons sont bien positionnés et répondent bien aux pressions mêmes en cas d’effort intense. A l’usage, j’ai activé la fonction vibration pour être alerté des informations fournies par la montre en cours de séance (autolap par exemple) car le bip émis est très faible et il est très dur de l’entendre en courant. Il y a peut etre une fonction permettant d’augmenter le volume sonore mais je n’ai pas trouvé.

Bien que plutôt intuitive, la prise en main de la Fénix 3 nécessite assez logiquement un peu de temps compte tenu du nombre de fonctions offertes par ce modèle. Les habitués de la Fénix 2 ou des modèles Garmin en général iront peut etre plus vite dans la prise en main.

La fénix 3 sur le terrain

A l’usage, l’énorme point fort de la Fénix 3 est la complémentarité et la richesse des fonctions proposées. La montre propose toutes ses fonctionnalités : temps écoulé, vitesse instantanée, vitesse moyenne, fréquence cardiaque, pas par minute, dénivelé depuis le début de la sortie… les fonctions sont presque illimitées. La montre est totalement adaptée à la pratique du trail, de la course, de la natation, du cyclisme, de la randonnée.

De manière générale, le GPS est à la fois précis et le signal plutôt rapide à trouver bien que des différences non-négligeables de distances aient pu être trouvées avec d’autres coureurs ayant pourtant réalisé le même parcours. Durant le test, il est toutefois arrivé quelques fois que ce signal soit anormalement très long à trouver. A chaque fois c’est arrivé avant le départ d’une course, sans doute compte tenu de la densité des coureurs cherchant à faire la même chose au même moment. Donc cette difficulté à trouver le signal s’explique mais tombe plutôt mal car c’est précisément le moment où on veut que le signal soit trouvé rapidement et où on n’a pas le temps d’attendre.

Dernier point, comme pour tous les modèles Garmin, il est possible de télécharger nos données enregistrées sur Garmin Connect. La plateforme est toujours utile pour aller plus loin dans l’analyse des données. Seul regret, il manque un indicateur (un bip, un message sur la montre) confirmant le bon téléchargement des données sur la plateforme.

garmin-fenix-3

Conclusion

La Garmin Fénix 3 est de toute évidence un modèle qui, dans l’ensemble, est très réussi. C’est un concentré de technologies et de fonctionnalités placé dans un objet assez esthétique. Compte tenu de son prix élevé (entre 450 et 600 euros), ce modèle s’adresse essentiellement à des sportifs très réguliers qui souhaitent être accompagnés dans leur pratique par une montre de haut niveau.

BanniereTestProduit-2-1

Article posté le 24 novembre 2015 à 8 h 38 min.

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.