Dopage et conduites dopantes : Tous concernés

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 4.2/5 (5 votes)

fitness and pharmacy pillsChers coureurs, sachez que tout participant à une épreuve sportive en compétition peut être contrôlé au dopage, qu’il soit sportif de haut niveau ou non !

Lorsque vous décidez de vous investir sur une course, chacun d’entre vous s’engage à respecter l’interdiction du dopage ainsi que toutes les dispositions concernant le contrôle antidopage !

Si un contrôle s’avère positif chez un sportif amateur, il encourt une suspension au même titre qu’un sportif de haut niveau.

Qu’est ce que le dopage ?

Définition :

C’est l’utilisation pour un sportif de substances ou de méthodes inscrites sur une liste établie chaque année par l’Agence Mondiale Antidopage (AMA). C’est une pratique INTERDITE.

Quel est le rôle de l’Agence Mondiale Antidopage ?

Créée en 2000, elle a pour but la régularisation du dopage dans le monde entier en supervisant l’acceptation, la mise en œuvre, et la conformité du Code Mondial Antidopage. Ce code est un document de base où sont répertoriées toutes les règles en vigueur concernant le dopage. La prochaine parution du code révisé aura lieu en janvier 2015. On y trouve la liste révisée chaque année par l’ AMA :

Cette liste est classée en plusieurs sous- listes :

  • Les substances et méthodes interdites en permanence
  • Les substances et méthodes interdites en compétition
  • Les substances interdites dans certains sports

Que faire en cas de prise habituelle de traitement médicamenteux figurant sur la liste ?

On parle alors d’ AUT ou Autorisation d’usage à des fins thérapeutiques. Elle permet l’utilisation thérapeutique de substances interdites, en compétition ou non, dans le cadre de prescriptions médicalement justifiées.

Vous êtes concernés ? Comment s’y prendre ?

Seule l’agence française de lutte contre le dopage (afld) est chargée de délivrer les AUT valables pour les compétitions et les entrainements en France.

Un formulaire de demande téléchargeable sur http://www.afld.fr doit être rempli par le médecin et le sportif, accompagné d’éléments concernant la pathologie. Prévoyez un délai d’au moins 30 jours après réception du dossier pour obtenir une réponse.

Des experts étudieront le dossier (dans l’anonymat) puis une décision finale par le médecin de l’afld sera envoyée au sportif demandeur de l’ AUT.

Un asthme traité chroniquement qui ne vous empêcherait pas de courir justifie à lui seul une AUT !!

Quels sont les effets recherchés des différents produits dopants ?

  • Modifier sa morphologie, diminuer son poids, ou diminuer sa masse grasse
  • Augmenter sa force et sa puissance musculaire
  • Augmenter son oxygénation
  • Augmenter sa concentration
  • Se dépasser
  • Maitriser son rythme veille/sommeil
  • Avoir un effet antalgique
  • Diminuer les tremblements
  •  …

« Le danger du dopage pour un pratiquant amateur qui prend des corticoïdes, des amphétamines ou encore de la cocaïne est de couper les signaux d’alerte comme la douleur et la fatigue, et d’aller au-delà de ses possibilités jusqu’à l’accident cardiovasculaire » (M.Rieu ; Rapport de l’Académie de médecine sur les dangers du dopage pour la santé publique). 

Et vous, y avez vous déjà songé … ? Quelle en serait l’intentionnalité ?

Le dopage est une pratique qui devient finalement assez courante. Malgré tout, le milieu de la course à pied et en particulier celui du trail restent assez préservés. L’esprit sportif et le peu de récompenses financières à la clé n’incitent pas la consommation de ce genre de substances…

Mais attention, dans cette ère individualiste où le culte de la performance devient un but en soi, où le simple fait d’être sportif est une valorisation sociétale, les substances « pour être le meilleur » pourraient trouver leur place, et tout cela dans le but de… se trouver une place …

Une étude qualitative assez récente (2008) réalisée auprès d’athlètes de haut niveau français et canadiens s’est penchée sur les représentations sociales du dopage sportif. Plusieurs catégories de discours en terme de définition du dopage sont ressorties : danger, dépossession de soi et de la performance, effets sur le corps, transgression des lois, artificiel …

Les raisons attribuées au refus du dopage seraient d’ordre biologique, moral, médical et technique…

D’après cette étude, « malgré les dérives comme le dopage, il semblerait que les idéaux à la base du sport aient aujourd’hui encore leur place dans le sport d’élite moderne. » (Drogues, santé et société, vol.7 , n°1, pp. 239-294; juin 2008)

Et les conduites dopantes ? Qu’est ce que c’est ?

On appelle conduites dopantes la consommation ou l’usage, ou les méthodes permettant de surmonter un obstacle, qu’il soit réel ou supposé, dans le seul but d’améliorer les performances. Le dopage appartient aux conduites dopantes, mais ne concerne que les sportifs dans le but de performances physiques.

Quels sont les facteurs prédisposants à une conduite dopante ?

Ils sont à la fois individuels et sociaux 

  • le sexe : les garcons seraient plus consommateurs de produits améliorant leurs performances physiques et sportives et les filles seraient plus consommatrices de produits améliorant leurs performances intellectuelles…
  • les antécédents familiaux
  • la pression environnementale notamment familiale
  • l’isolement social où les conduites dopantes favorisent l’insertion

Où se renseigner ?

Les Antennes Médicales de Prévention du Dopage (AMPD) ont été crées dans les suites de l’affaire Festina et sont à la disposition des sportifs. Elles ont un volet à la fois préventif et sanitaire, et garantissent l’anonymat et la confidentialité. Il en existe une par région.

Leurs missions :

  • Ecoute et prévention
  • Conseils aux sportifs et à leur entourage
  • Recherche et veille sanitaire
  • Accueil et prise en charge des sportifs ayant recours à des pratiques dopantes…

Comme l’a si bien dit Pierre de Coubertin … “ L’important, c’est de … – eh oui ! – participer ”.

Sportivement

Docteur Anne BODEREAU
Addictologue 

Article posté le 4 septembre 2014 à 5 h 50 min.

 

Un commentaire

  1. Excellente article … pour ma part j’aurais tendance à être « sucre et eau » , moyennement adepte de la « diététique » sportive …. pour les athlètes de haut niveau la vraie question est « ont ils vraiment toujours le choix » et si non qui sont alors les vrais coupables … eux ou leur entourage : team , médecins , entraîneurs …

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.