Bazas-Langon : Retour sur la route

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 5.0/5 (2 votes)

20140302-Bazas-LangonAu printemps, j’ai décidé de m’offrir une trilogie de bitume. Semi, 10 km et marathon. Après ça, retour au trail jusqu’à l’année prochaine. Bazas Langon était donc ma première course sur route depuis le marathon de Nantes au mois d’avril 2013.

Pas évident de retrouver des sensations sur l’asphalte quand on passe le plus clair de son temps sur les sentiers escarpés. Je vois tellement de coureurs autour de moi suivre des plans d’entrainement millimétrés que je finis par douter du bien fondé de ma méthode de préparation quasiment inexistante à l’écoute de mes envies.

C’est donc dans l’incertitude la plus totale que je me suis présenté hier sur la ligne de départ. La température est fraiche, mais le soleil brille et le vent est faible. Les conditions sont idéales, mais le profil du parcours me fait peur, nous sommes loin de courir sur un billard.

Bazas-Langon, comme son nom l’indique, est une course de ville à ville. Nous laissons notre voiture à l’arrivée et sautons dans une navette pour nous rendre au départ. L’organisation est bien huilée et tout se passe sans encombre.

Après 20 bonnes minutes d’échauffement, il est temps d’y aller, plus question de reculer. Nous sommes environ 900 coureurs sur le semi-marathon. Le départ est donné, je suis bien placé et je trouve rapidement mon rythme. Ca part assez tranquillement car je garde la tête de course en point de mire pendant un bon moment. Je me fixe comme objectif de courir sous les 4min/km et de résister le plus longtemps possible. Je me dis qu’à cette allure, je ne verrai jamais l’arrivée car je suis quasiment sur les bases de mon record sur 10 km.

Le parcours fait les montagnes russes. On est bien loin d’un profil propice à la performance. Je vais finir par exploser si je continue. Ca ventile beaucoup autour de moi, ça me rassure d’entendre la respiration haletante de mes compagnons du jour. Je n’en suis pas encore là même si l’épreuve me semble difficile, j’ai encore de la réserve.

Les kilomètres défilent et ça tient toujours, bientôt le panneau qui indique les 10. Ma montre affiche moins de 40 minutes. Encore 500 mètres et j’aurai couvert la moitié des 21.1km de ce semi-marathon.

Je me ravitaille rapidement et je repars en essayant de maintenir le rythme. Depuis un moment, je suis en compagnie de ce que je crois être la première féminine. Nous échangeons quelques mots, elle est sur les bases d’1h25. Je n’ose pas encore croire à ce chrono, mais je décide de l’accompagner, et même de l’aider dans sa tâche. Le vent souffle de face, je me place devant pour la protéger tout en surveillant l’allure.

Bazas Langon arrivée Après tout juste une heure de course, nous passons au 15ème kilomètre. Il n’en reste plus que 6 à parcourir pour atteindre la délivrance et franchir enfin la ligne d’arrivée. Ca devient de plus ne plus difficile mais je tiens, je fais des calculs dans ma tête, ça fait passer le temps, et au moins, je ne m’écoute pas trop pendant ce temps là. Encore 24 minutes si tout va bien, ce n’est pas grand chose 24 minutes dans une vie. Je me raccroche à ça.

Dernier ravitaillement avant l’arrivée, Langon est tout près, encore une dernière difficulté et nous y serons.  Le rythme ne faiblit pas, au contraire, j’accélère même un peu. Ma partenaire du jour ne suit plus, elle m’encourage à partir seul. Je la précède de quelques secondes. J’entre dans le parc d’arrivée, j’aperçois le chronomètre qui s’égraine, ça va se jouer à la seconde pour passer sous les 1h25 …

Finalement je franchis la ligne après 1h25min03sec, je suis ravi, je n’envisageais pas atteindre cet objectif. Sans entrainement spécifique et avec un précédent record en 1H29 à Paris l’année dernière, je trouvais présomptueux d’imaginer un tel chrono. Ca me donne une base de travail intéressante dans l’optique du marathon de Nantes qui aura lieu de 27 avril prochain.

Sébastien Réby

Crédit photos : Instant Image 

Article posté le 4 mars 2014 à 8 h 24 min.

 

7 commentaires

  1. Félicitations Sébastien !!! Très bon chrono qui présage vraiment quelque chose de bien pour le Marathon de Nantes … Tu as 2 mois pour te préparer plus « sérieusement » . A toi de jouer 😉

  2. Pfffffffffff que dire mis à part félicitation !
    Comme quoi les plans et tout ça, cela reste très subjectif.
    Et puis comme ça tu sais que tu peux préparer tranquillement ta « saison » de trail sans à avoir à manger du bitume, bref que du bonheur ^ ^
    Bref le marathon de Nantes s’annonce bien …. mais du coup vas-tu suivre un plan, that is the question ^ ^

  3. Et tout ça sur un parcours bosselé ? Chapeau, très jolie performance !

  4. Bravo Sébastien ! Quelle claque ! C’est un niveau qui me fait rêver et que j’espère titiller en septembre à Lille. Tu vas faire mal aux 3h à Nantes ! Bonne récup’ !

  5. Au fait : la méthode freestyle, c’est la meilleure ! 😉

  6. bravo a toi et beau chrono sans prépa spécifique

  7. Bravo ! je voudrais pas te mettre la pression, mais un chrono à 1h25 sur semi, ça veut dire le potentiel pour taper les 3 h au marathon… ça ne sera pas la même course, mais tu peux y croire ! J’aimerais bien réaliser un chrono pareil sur le semi de Brière dimanche prochain, ce sera très dur, il faudra serrer les dents et être dans un bon jour 😉 bonne continuation dans ta préparation, ne change pas, il a l’air bien ton plan « je cours quand j’ai envie » !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.