En bref
Accueil » Actualités » Rendez-vous avec Christelle Daunay
Nouvelle collection 2017 : -25€ sur une sélection de produits avec le code REDUC sur Univers-Running.com

Rendez-vous avec Christelle Daunay

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 5.0/5 (1 vote)

christelle-daunay

Quelques jours avant sa victoire aux championnats de France de Cross, nous avons eu le plaisir de rencontrer Christelle Daunay, de retour d’un stage hivernal à Monte Gordo. L’occasion de faire plus ample connaissance avec une grande championne de l’athlétisme. 

Pourquoi es-tu venue en stage à Monte Gordo (Portugal) ?

Monte Gordo est une base d’entraînement de l’équipe de France depuis de nombreuses années. J’y viens en janvier une dizaine de jours afin d’avoir de bonnes conditions d’entraînements (météo et installations). Il fait plus chaud qu’en France. Ce regroupement permet de retrouver les athlètes de l’équipe de France.

Parlons un peu entraînement, à quoi ressemble une semaine type pour toi ?

Je m’entraîne en biquotidien, soit 11 fois par semaine. La semaine évolue en fonction de l’objectif et de la planification et comprend bien sûr essentiellement des footings plus ou moins actifs. Afin d’assimiler l’entraînement et récupérer, il faut aussi apprendre à courir doucement.

Sur ces footings, se greffent des séances VMA, du seuil et du renforcement. La PPG a aussi sa place dans l’entraînement toute l’année. Toutes ces séances sont adaptées en fonction de la forme.

Quelle est ta séance préférée et celle que tu aimes le moins ?

J’aime toutes les séances, dès lors qu’elles sont diversifiées, avec des objectifs différents. Mais après 13 ans de haut niveau il est difficile de ne pas revenir sur les basiques.

C’est plus un état de forme qui me fait ne pas aimer une séance. Un peu juste physiquement, la peur de ne pas la passer et de réussir.

Envisages-tu d’entraîner à ton tour ? Souhaites tu d’impliquer dans le collectif France ?

A l’heure actuelle, je suis athlète de haut niveau. Mes objectifs sont de « perfer ». Après je verrai, je n’ai rien décidé. Quant au niveau fédéral, en 2017, la priorité sera la mise en place du nouveau président de la fédération.

Que penses-tu de l’essor du running en France et de l’émergence des groupes de running qui rencontrent un très grand succès en dehors de toute structure fédérale ?

Je ne peux être que satisfaite de voir que mon sport est de plus en plus pratiqué. Le bémol est que le sport de haut niveau n’est plus reconnu à sa juste valeur.

C’est bien de voir tous ces coureurs chausser leurs runnings régulièrement. Mais il serait mieux qu’ils soient licenciés et qu’ils aillent dans les clubs. Bénévoles et dirigeants sont là pour les encadrer.

On voit de plus en plus de coureurs, même novices, tenter l’aventure sur marathon. Quels conseils pourrais-tu leur donner ?

Qu’ils soient prêts physiquement, mentalement et qu’ils s’entourent de personnes compétentes pour préparer leur marathon.

Christelle Daunay

Quel est ton plus beau souvenir sportif ? Et celui à oublier ? 

Le marathon de Paris 2010 reste un de mes plus beaux souvenirs, lorsque je bats le record de France pour la 3ème fois aux côtés de Fred, mon conjoint. Il m’a accompagné jusqu’à la ligne d’arrivée.

Quant au pire, c’est au moment des Jeux de Londres 2012. J’ai fait toute une préparation pour rien, car je me suis blessée 15 jours avant le marathon et j’ai du déclarer forfait.

Utilises-tu une montre cardio GPS ? 

Je m’entraine avec une montre TomTom Runner. Le GPS permet de contrôler l’allure et de connaître les lieux où je cours. Par contre je sais aussi courir sans de temps en temps.

Quelle est ta chaussure de running préférée ?

Je peux compter sur le soutien de Nike depuis 10 ans. La référence Nike est bien sûr la Pegasus. Je fais la quasi majorité de mes entraînements en Pegasus ou Vomero.

Quel est ton objectif majeur cette année ? Vas tu courir des épreuves en France ? Des grandes classiques ?

Je n’ai rien planifié pour le moment. Actuellement je reviens de blessure (Un retour gagnant puisque Christelle Daunay vient de décrocher le titre de championne de France de Cross 2017 devant Sophie Duarte).

Kinésithérapeute de formation, tu as mis ta carrière en suspens afin de te consacrer au sport de haut niveau. Envisages-tu de reprendre cette activité ou de faire autre chose ?

Avec Fred (son compagnon), nous avons créé en 2014 jogg’up, notre marque. Elle commercialise la ceinture 2h24’22 » qui permet de transporter ses gels pendant le marathon. Elle comporte plusieurs poches. Elle ne se voit pas et ne provoque pas d’échauffement.

Prends-tu des gels ou des boissons sur marathon ? Comment t’alimentes-tu au quotidien ? 

Pendant le marathon je prends des gels. Pour moi, c’est facile d’utilisation. Je n’ai jamais eu de souci en compétition. Chacun doit tester ses ravitaillements avant de savoir ce qui lui convient. C’est comme l’entraînement, il existe plusieurs méthodes. Chaque entraîneur a la sienne et l’athlète y adhère ou pas. C’est pareil pour l’alimentation.

Dans la vie de tous les jours, je ne suis pas très difficile, j’aime tout sauf les abats. Je suis gourmande et gourmet. Ma grand mère m’a concocté énormément de bons petits plats mijotés dans mon enfance. J’ai gardé ces odeurs et goûts en mémoire et j’adore y repenser. Son riz au lait qui cuisait des heures était une tuerie !

Merci Christelle !

(Propos recueillis par Patricia LOUSSOUARN pour Globe Runners)

Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis

Article posté le 27 février 2017 à 17 h 29 min.

A propos de Sébastien Réby

Rédacteur en chef de Globe Runners - Sébastien se présente avant tout comme un passionné de course à pied. Du 10 km au marathon en passant par l'Ultra-Trail, ce coureur touche à tout aime varier les plaisirs. Pour lui, courir reste surtout un formidable moyen de découvrir le monde.
 

Vos commentaires

Revenir en haut de la page