En bref
Accueil » Equipement » Bracelet d’activité TomTom Touch : le test

Bracelet d’activité TomTom Touch : le test

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 4.0/5 (3 votes)

IMG_3991

Il y a quelques semaines, j’ai reçu de la part de TomTom leur nouveau bracelet d’activité, appelé Touch. Etant déjà une adepte du tracker d’activité (je possède un Fitbit Flex depuis 1 an et demi), j’étais plus que ravie de tester une autre marque et qui plus est, propose une nouvelle fonction par rapport aux autres modèles du genre : l’analyse de la masse corporelle.

L’apparence du Touch

D’un point de vue physique, le TomTom Touch demeure un tracker d’activité classique, avec un bracelet en silicone (2 tailles disponibles selon le diamètre de votre poignet et interchangeable selon votre envie du jour), ainsi qu’un module avec un bouton central et un écran OLED tactile, qui permet de naviguer entre les différentes fonctionnalités.

Personnellement, je trouve le module du Touch un peu trop gros (j’ai un petit poignet donc ça n’aide pas non plus) et plutôt inconfortable à porter la nuit. Malgré tout, l’écran est bien agréable à manipuler et le bracelet tient bien en place grâce à sa boucle et son clip : peu de risque de le perdre donc !

IMG_3994

Les points forts du TomTom Touch

Il y a de nombreuses fonctionnalités que j’ai aimées dans l’utilisation du TomTom Touch.

La fréquence cardiaque intégrée au poignet est pour moi un gros plus, étant donné que je ne connaissais pas ma fréquence cardiaque au repos (sur ma Polar M400, j’utilise une ceinture pectorale uniquement pendant la course). Surtout que depuis que je suis enceinte, ma FC a augmenté de 10 battements par minute, si si ! Très utile aussi pour les personnes qui doivent surveiller leur fréquence cardiaque au quotidien.

montre-test4

J’ai également trouvé que le suivi d’activité journalier était plutôt précis et réaliste (merci l’accéléromètre couplé au gyroscope) : pas, distance, calories brûlées, durée d’activité et fréquence cardiaque. Pas de fausses surprises donc.

Pour se motiver à bouger, TomTom a pensé à la création d’objectifs journaliers, hebdomadaires ou mensuels. Cela peut se traduire par un nombre de pas à réaliser par jour, un taux de masse musculaire à atteindre, un nombre de kilomètres à vélo à parcourir par semaine, etc. Je trouve que définir ce type d’objectifs est vraiment motivant et aide à se maintenir / retrouver une certaine forme sans forcément tomber dans le sport à outrance (quitte à en être dégoûté(e) par la suite).

objectifs-tomtom-sports-touch

Je n’ai malheureusement pas pu tester le mode sports du bracelet d’activité, étant aujourd’hui dans une condition ne me permettant pas de faire beaucoup de sport :) .

Bannière GR montre 2

Les points faibles du TomTom Touch

Bon, on ne peut pas forcément avoir que des points positifs, sinon ce serait trop facile :) . Le TomTom Touch Cardio + Composition corporelle comporte quelques lacunes, qui j’espère, seront comblées à l’occasion d’une prochaine mise à jour ou d’une version 2.

Étant très friande d’informations concernant la qualité de mes nuits (sachant qu’il m’arrive souvent de me réveiller), j’avais hâte de voir si le Touch rivaliserait avec l’analyse du sommeil du Fitbit Flex, qui mesure le sommeil profond, le sommeil léger ainsi que les moments où vous êtes réveillés. Et bien quelle déception ! Fitbit est pour le coup au-dessus de TomTom puisque le Touch ne mesure que le début et la fin du sommeil. Pour le reste, on repassera.

comparatif-analyse-sommeil-tomtom-fitbit

Autre question qui me taraude : l’analyse de la composition corporelle est-elle fiable ? Ayant une balance impédancemètre, j’ai constaté des écarts entre celle-ci et le TomTom Touch. Qui croire donc ?

IMG_3107

La synchronisation Bluetooth fait aussi partie des points noirs du Touch : elle marche 1 fois sur 3, et j’ai dû par deux reprises supprimer mon Touch de l’application pour effectuer une nouvelle synchronisation, comme si je venais de l’avoir. Pourtant, j’ai un iPhone 6 avec le tout dernier iOS installé, et sachant que je n’ai aucun souci avec ma Polar, mon Fitbit et tout autre device qui nécessite une connexion Bluetooth.

IMG_3984

L’autonomie est également pointée du doigt. Annoncée à 5 jours, elle est en réalité moitié moindre. Du coup, je suis obligée de recharger le Touch tous les 2 jours environ. Et pourtant, je ne suis pas toutes les 5 minutes à regarder le nombre de pas que j’ai fait ou à le synchroniser avec mon téléphone. Dommage.

Autre point légèrement négatif mais qui est purement subjectif : l’affichage de l’écran qui est trop furtif. En effet, je trouve que le temps d’affichage n’est pas assez long pour permettre de bien regarder les données.

Enfin, je trouverais ça chouette que TomTom intègre dans son module et dans son application un système d’alarme à paramétrer, qui pourrait servir de réveil vibrant (comme Fitbit le fait aujourd’hui et que je trouve très pratique) ou de rappel pour aider à se bouger toutes les heures pour lutter contre la sédentarité.

Bilan du test TomTom Touch

Vous l’avez constaté : mon avis est un peu mi-figue, mi-raisin. Je trouve que TomTom a voulu trop jouer la carte de l’innovation avec l’analyse de la masse corporelle et s’est un peu oublié en route. C’est dommage car l’idée est super bonne et certaines fonctions sont vraiment abouties et performantes, mais d’autres le sont beaucoup moins et ça gâche un peu la fête.

Allez, je suis certaine que TomTom fera mieux lors d’une prochaine version.

Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis

Article posté le 2 juin 2017 à 15 h 25 min.

A propos de Hélène

Devenue runneuse un peu par hasard il y a quelques années, Hélène court avant tout pour se vider l'esprit. Pas compétitrice dans l'âme, elle aime néanmoins se lancer des défis de temps en temps. Le running est pour elle un excellent moyen d'apprendre sur elle-même.
 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Revenir en haut de la page