En bref
Accueil » Conseils » Santé » Course à pied et risques cardiaques : une affaire à suivre
Soldes Running  Chaussures - Textile - Equipement du 11 Janvier au 21 Février 2016 sur Univers-Running.com

Course à pied et risques cardiaques : une affaire à suivre

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 5.0/5 (2 votes)

test-effort-cardiaque-course-pied-running - 1

Le quotidien d’un coureur à pied est fait d’entrainements, de compétitions mais également de visites chez le médecin et de certificats médicaux. Un point fait l’objet d’une attention particulière de la part des professionnels de santé, des coureurs mais aussi des organisateurs : les risques cardiaques liés à la pratique du running. Un risque finalement peu élevé mais qui nécessite tout de même une surveillance minimum.

Tout commence souvent par une remarque limite désobligeante de son médecin généraliste du type : votre âge ce serait bien de faire un test d’effort. Quoi mon âge ?

A l’approche de la quarantaine, mon médecin me répète à chaque fois que je lui demande un certificat médical qu’il serait bon que je passe un test d’effort pour vérifier que tous les voyants cardiaques sont au vert avant de m’engager dans une nouvelle saison.

Le running, dangereux pour le coeur ?

L’occasion de s’interroger sur les effets de la course à pied sur l’activité cardiaque. Finalement qui a raison ? Nos grand-mères ? Quand même avec tout ce sport que tu fais ton cœur va fatiguer, ou la sécurité sociale qui remboursera bientôt des séances de sport à certains patients ?

Que dit la science pour nous aider à y voir plus clair ? Elle est plutôt rassurante. Selon une étude publiée en 2012 dans la revue scientifique The New England Journal of Medecine, « seulement » 50 arrêts cardiaques sont à déplorer sur 11 millions de coureurs participant à des semi-marathons ou marathons entre 2000 et 2011. Sur ces 50 arrêts cardiaques, 42 ont été fatals. En France, du fait de l’intervention rapide des secours présents sur les compétitions, ce chiffre est bien inférieur.

Une autre étude de l’Inserm publiée en 2005 dans la même revue met en évidence trois facteurs de risque de mort subite de l’adulte :

  • un rythme cardiaque de repos élevé,
  • une élévation insuffisante du rythme cardiaque durant l’exercice,
  • une diminution faible après l’exercice.

L’étude a porté sur 5713 hommes âgés de 43 à 52 ans et visait à étudier dans quelle mesure l’évolution de la fréquence cardiaque au cours de l’exercice est prédictive de mort subite chez les hommes.

Pour autant, l’état de santé de notre moteur n’est pas à prendre à la légère. Le docteur Jean-Louis Bussière, cardiologue du sport, a par exemple réalisé en 2008 une étude auprès des coureurs de l’UTMB. Il rappelle ainsi que même si les cas d’accidents cardiovasculaires ne sont estimés qu’à 1 ou 2 pour 100 000 coureurs de marathon (0,6 pour les filles), les risques sont accrus si le(la) runneur(se) est fumeur(e) ou ancien(ne) fumeur(e) ou en cas de cholestérol trop élevé. Pour ces raisons, le docteur Bussière recommande vivement aux coureurs un test d’effort pour les hommes à partir de 40 ans et pour les femmes après 55 ans

Le test d’effort

Pour finir avec mon histoire, j’ai bien réalisé mon test d’effort sous l’étroite surveillance d’un cardiologue de l’hôpital à côté de chez moi. Bilan : RAS. Tout va bien. Vous êtes en bonne condition. Ouf !

Seul regret, étant donné que ce test était uniquement réalisé dans une perspective de prévention des risques et non dans l’étude de la performance, seul mon rythme cardiaque à l’effort a été enregistré. Pas de mesure de la ventilation, ni de lactatémie, donc au final, ni VMA, ni VO2max. Dommage.

Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis

Article posté le 3 juillet 2015 à 10 h 44 min.

A propos de Christopher Hautbois

 

Vos commentaires

Revenir en haut de la page