En bref
Accueil » Equipement » On a lu pour vous Le marathon de New-York à la petite semelle

On a lu pour vous Le marathon de New-York à la petite semelle

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne: 3.7/5 (10 votes)

marathon-new-york-a-la-petite-semelle - 4

Faire une BD drôle, réussie et crédible sur la course à pied ? Oui, c’est possible. On embarque tout de suite dans les cases de Sébastien Samson, l’auteur qui nous raconte l’histoire vraie de sa quête un peu folle : boucler le marathon de New-York quand on part du niveau zéro.

On a déjà lu quelques romans sur la course à pied qui valent vraiment le coup comme Born to Run, ou encore Eat and Run. En revanche, une bande dessinée réussie sur le sujet, c’est beaucoup plus rare. Autant dire que j’ai tendance à ouvrir ce genre d’ouvrages avec beaucoup de prudence. Mais parfois de la prudence à la surprise, il n’y a qu’un pas. Enfin, plusieurs en l’occurrence, qui nous mènent à New York.

marathon-new-york-a-la-petite-semelle - 3

L’histoire d’un sédentaire qui se lance sur un coup de tête

Cette histoire vous la connaissez. Vous ou quelqu’un de votre entourage a forcément entrepris cette démarche un jour. Sédentaire depuis des années, avec la petite brioche qui va bien autour des hanches, aucun sport ou presque pratiqué depuis le lycée… Et puis il y a cette discussion, cette vidéo qui fait tilt… En l’occurrence dans le cas de l’auteur qui nous conte sa propre histoire, c’est lors d’un repas que tout démarre.

Sa compagne est une coureuse aguerrie, le couple d’amis qui leur tient compagnie aussi, et ils évoquent l’idée de « faire New-York ». Sébastien Samson, se sentant exclu -et de fait dévalorisé- fait tilt. Lui aussi va venir à New-York, et boucler cette course qui les obsède tant.

On va donc le suivre dans sa découverte de la course à pied qui commence par des retrouvailles avec son corps qu’il n’écoutait plus depuis bien longtemps. Oui, c’est une histoire qui parle à bon nombre de coureurs, je ne vous ai pas menti !

marathon-new-york-a-la-petite-semelle - 2

Entre course à pied et visite de New-York pour le lecteur

Ce qui obsède le héros au moins autant que ce marathon, c’est la découverte de New-York. C’est un fantasme pour lui et il retranscrit plutôt bien sa découverte de la ville dans cette BD, avec de jolis panoramas finement dessinés. Sur la skyline, sur les enseignes lumineuses, sur les immenses boulevards. Il ne s’agit donc pas uniquement de course à pied même si c’est évidemment le fil conducteur.

marathon-new-york-a-la-petite-semelle - 1

Des premiers pas hésitants jusqu’à l’assaut de Big Apple

Pour résumer, le récit se découpe en deux parties. D’abord sa préparation et son initiation sur les falaises normandes. Puis New-York et ces 42 kilomètres initiatiques pour lui. Sans trop entrer dans les détails, on le suit durant le cheminement que tout marathonien connait. Excitation, peur du départ, impression de voler dans les premiers kilomètres, douleurs, MUR, … C’est très fin, souvent très drôle, et c’est aussi raconté/dessiné fidèlement puisque l’auteur s’est muni d’une caméra frontale durant toute la course pour que son dessin soit le plus fidèle possible ensuite.

marathon-new-york-a-la-petite-semelle - 5

Un humour et une finesse qui parlent à tout le monde

Et finalement on se laisse emmener de bout en bout. On rit, on doute, on grogne avec lui. On ressent aussi l’ambiance sur ce marathon mythique, avec des supporters en nombre et des pancartes d’encouragements parfois très drôles.

L’autodérision est omniprésente et suffisamment fine pour parfois devenir touchante. Ceux qui ont déjà couru un marathon se revoient dans ce néophyte sympathique. Les autres apprendront sans doute les erreurs à ne pas commettre avec un cas pratique, et c’est un luxe !

L’auteur Sébastien Samson livre là un premier scénario assez abouti, lui qui jusque là se cantonnait au dessin. Pour la petite histoire, mais est-ce vraiment une petite histoire puisqu’elle ne fait que commencer, il ne s‘est pas arrêté au marathon de New-York. Eh oui, le virus de la course à pied est tenace en plus d’être contagieux, mais je ne vous l’apprends pas.

Cet article vous a plu ? Partagez-le avec vos amis

Article posté le 25 octobre 2016 à 14 h 30 min.

A propos de Kévin Blondelle

Rédacteur pour Globe Runners. Journaliste radio le jour, coureur tôt le matin et tard le soir... Ses préférences ? Un peu de route, et beaucoup de trail, avec une appétence particulière pour le format 40 à 80km. Son format ? 1m75 pour 69kg les bons jours. Pour lui, courir est la plus importante des choses très secondaires.
 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Revenir en haut de la page